25% des revenus de NH correspondent à la gastronomie, le « salut » du secteur hôtelier

 -  -  115


Madrid, 12 fév. (EP) 25% des revenus de NH Hotel Group correspondent à la gastronomie, un pari important pour la chaîne hôtelière qui voit dans le tourisme gastronomique de qualité « le salut » du secteur en vue d’apporter une valeur différentiée. Non en vain, NH a investi près de quatre millions afin de renouveler son offre gastronomique, partie fondamentale de la transformation que la chaîne mène aujourd’hui à bien dans presque tous ses hôtels. Cette rénovation des installations s’est traduite par « la hausse du prix des chambres de NH dans notre pays qui, en fonction de l’établissement, représente entre 15 et 40% de plus que le prix d’origine », a souligné le Directeur Général de NH Hotel Group en Espagne, Hugo Rovira. Rovira insiste sur le fait qu’il « était difficile  que ce soit pire en Espagne » et que le pari sur le tourisme gastronomique de qualité représente le « salut » du secteur, distinguant les établissements NH grâce à sa vaste carte gastronomique, sans pour autant renoncer à offrir ce qu’il y a de meilleur aux convives. « Le café pour tous n’est pas bon », a déclaré Rovira, catégorique, auprès de journalistes spécialisés, lors d’un petit-déjeuner informatif. Concrètement, le dirigeant fait référence à la décision de NH d’offrir un service de catégorie optimale, aussi bien dans les chambres qu’en matière de restauration. Par exemple, Rovira a expliqué que les minibars ont continué d’offrir les meilleurs produits en pleine crise et ont obtenu le même niveau de ventes, voire plus, avec une hausse de presque 20% ces dernières années. Rovira a également voulu souligné la tendance à la reprise du marché espagnol, au sein duquel il perçoit une « légère reprise » avec cette nuance : « il est encore nécessaire de nager, mais au moins, maintenant, il y a de l’eau ». DE BONNES PERSPECTIVES De fait, les perspectives en ce qui concerne l’exercice 2015 dans notre pays sont « bonnes », d’après le dirigeant, qui a indiqué que le dernier trimestre de l’année 2014 a enregistré une reprise, « aussi bien au niveau des clients d’entreprises que des familles ». « Le client n’est pas bête, si nous lui offrons de la qualité, il est prêt à la payer » mais il reconnaît que « si nous offrons des cacahuètes, nous accueillerons des singes », après avoir affirmé que « retenir le client pour le prix ne compense pas, il y aura toujours des concurrents moins chers ». NH cherche à se distinguer et maintenir son image de service de grande qualité grâce à deux paris très clairs –une ligne de restaurants à développer avec des produits d’appellation contrôlée et les Domos, avec des chefs de renom ayant fait carrière dans la chaîne hôtelière–. Nous parions également sur une proximité locale avec des produits du terroir, étant donné que « la même carte dans tous les endroits finit par ennuyer », d’après Rovira. Il s’agit d’un stimulant pour le tourisme gastronomique, avec des stratégies comme l’alliance avec le cuisinier David Muñoz, dirigeant de DiverXo, et la reconnaissance grâce aux étoiles Michelin décernées aux établissements de NH. Ainsi, Rovira assure que près de 50% des convives qui déjeunent dans les restaurants de NH sont des professionnels locaux qui ne sont pas logés à l’hôtel, tandis que Bartolomé souligne que les voisins de la région sont de plus en plus nombreux à fêter les évènements de famille dans les salons des hôtels. « Il s’agit de compter sur des restaurants ouverts à la ville », a affirmé le chef de cuisine du restaurant Margerit, Luis Bartolomé, du NH Collection Eurobuilding. NOUVELLE ÉTAPE POUR LA MARQUE NH NH se trouve en plein plan de rénovation et relance des hôtels, avec un Budget de 220 millions d’euros pour l’ensemble du groupe entre 2013 et 2018, et 55 hôtels inscrits au plan au total, desquels 20 sont situés en Espagne. D’autres lignes d’intervention comme les dénommés ‘open bars’ représentent pour la chaîne un modèle d’adaptation au marché local, étant donné qu’ils offrent un service  « similaire aux salles VIP des aéroports » où le client peut accéder à un ‘self-service’. EUROPA PRESS – Le Courrier d’Espagne avec Sol Marzellier de Pablo (www.smtraductores.com)

comments icon Commenté 0 fois
0 commentaires
bookmark icon

Écrire un commentaire...