95 % des freelances croient que les politiques ne les prennent pas en compte

 -  -  33289


Une étude de la plateforme Malt, qui met en relation les freelances et les entreprises, dresse le portrait des indépendants espagnols et de leurs attentes à propos de leur statut. Le rapport, intitulé, « La situation des freelances en Espagne », pointe surtout le fait que 95 % d’entre eux s’estiment laissés de côté dans les débats politiques actuels.

L’Europe compte 29 % de freelances parmi les actifs, c’est ce que rapporte la plateforme Malt, un site français qui compte plus de 70 000 freelances et 40 000 clients inscrits. Installée en Espagne depuis novembre 2017, elle réunit déjà plus de 5 000 freelances espagnols.

En Espagne, la moyenne d’âge des freelances est de 35 ans. 41 % d’entre eux sont des femmes et 59 % des hommes et ont une expérience moyenne de 0 à 3 ans. Parmi eux, les illustrateurs et photographes sont les plus nombreux (32 %), suivis des rédacteurs de contenus et community managers (16 %) et enfin des développeurs (12%).

À l’inverse des idées reçues, 75 % des freelances espagnols ont choisi ce mode de travail. Une décision motivée à 36 % par la flexibilité et la liberté qu’apporte ce statut, à 24 % par le goût d’entreprendre et enfin à 15 % grâce à l’opportunité donnée par un client.

Freelance, un statut complexe

Si pour la majorité des freelances leur statut professionnel est un choix, leurs conditions de travail sont, elles, souvent subies. Des problématiques qu’ils sont 95 % à juger oubliées des débats et décisions politiques du gouvernement espagnol.

Pour 71 % des freelances, il est compliqué de faire face aux responsabilités légales liées à leur statut, notamment économiques. La cotisation obligatoire des autónomos, ou encore les difficultés liées au financement de leur entreprise sont celles qui reviennent le plus souvent. 21 % d’entre eux soulignent également le manque de protection sociale, le stress, la solitude ou le manque de protection de leurs biens personnels.

Des thématiques que les indépendants espagnols souhaiteraient voir plus souvent à l’honneur des débats politiques actuels. En effet, 71 % des freelances souhaiteraient que la question des frais fixes liés au statut d’autónomo soit plus médiatisée, tout comme les protections sociales (66 %) et la simplification des démarches administratives (37 %). Ces dernières représenteraient, en effet,  de 10 à 25 % du temps de travail de 45 % des indépendants.

Si l’étude de Malt souligne les nombreuses difficultés dues au statut de freelances, elle rapporte également que 52 % des travailleurs indépendants espagnols recommanderaient ce mode de travail à leur entourage et 43 % d’entre eux se disent fiers de leur statut.

33 recommandation(s)
bookmark icon