Ces hôtels urbains de plus en plus recherchés

 -  -  15117


Si l’Espagne se profile pour devenir la Floride de l’Europe, tant par l’explosion du nombre de touristes comme de par sa situation géographique et sa stabilité politique, il n’en est pas moins que les hôtels de centre-ville sont actuellement les plus recherchés par les investisseurs.

Depuis la fin de la crise il y a 3 ans, le centre de Madrid et de Barcelone sont devenus de véritables spots pour investir et les prix ne cessent d’augmenter dans le centre-ville. Selon le site jinvestisenespagne.com, spécialisé dans la vente d’immeubles et d’hôtels en Espagne, il est très compliqué à l’heure actuelle de trouver des actifs hôteliers à acheter. Les hôtels de luxe sur les grandes artères vendent leurs chambres à plus de 500 000 euros l’unité et les petits hôtels 3 et 4 étoiles se vendent comme des petits pains.

Actuellement, il n’y a quasiment pas d’hôtel à vendre au cœur de Madrid, selon le site, qui d’ailleurs se spécialise de plus en plus sur des opérations off-market.

« Dès qu’un hôtel est annoncé à la vente, les vendeurs font des PDF qui circulent sur toute la place madrilène. Cela cannibalise le produit et rend difficile la faisabilité de l’opération pour une raison très simple : les propriétaires de Madrid sont en train de s’enflammer lorsqu’ils reçoivent un grand nombre de LOI (Letter Of Interest), ils n’hésitent pas à monter les prix d’une semaine à l’autre, ce qui décrédibilise la chaîne acheteur», selon un responsable de jinvestisenespagne.com.

En effet, il y a très peu de produits et les bons produits partent en 15 jours, quel que soit leur montant, à l’image de cet hôtel de Gran Vía qui a reçu une offre d’achat quelques jours après que ses propriétaires l’ont confié à un petit brocker local.

La deuxième solution pour laquelle sont en train d’opter les investisseurs est le rachat d’immeubles vides et de bureaux pouvant faire l’objet d’une transformation en hôtels.

Selon une lettre publiée par jinvestisenespagne, « il y a actuellement des quartiers qui n’ont pas encore fait l’objet de spéculation immobilière mais qui ont un très fort potentiel et où le prix au mètre carré n’a pas encore dépassé 3 000 €. Par exemple le quartier au sud d’Atocha à Madrid, où d’ailleurs Amazon va installer son siège logistique de 20 000 mètres carrés, a beaucoup d’immeubles et de bureaux qui peuvent devenir des futurs hôtels urbains ou d’affaires.»

Néanmoins certains quartiers comme le Barrio Salamanca restent, malgré l’intérêt des investisseurs, des valeurs sûres. D’ailleurs pendant la crise espagnole, ce même quartier n’a quasiment pas perdu de valeur concernant le prix au mètre carré.

LCE

Newsletter

15 recommandation(s)
comments icon Commenté 0 fois
0 commentaires
bookmark icon

Écrire un commentaire...