Cuba donne son feu vert aux licences pour la location d’hébergements privés

 -  -  78654


Le gouvernement cubain réglemente l’activité des travailleurs indépendants. Les nouvelles réglementations du gouvernement cubain entreront en vigueur en Décembre et créeront de nouvelles licences pour l’hébergement chez les propriétaires individuels, dont le droit a été suspendu il y a un an, tout comme pour les services gastronomiques dans les restaurants, et autoriseront la location de maisons et de chambres privées aux entreprises et autres « entités juridiques ». L’activité de location de maisons, de chambres et d’espaces inclura également le service de restauration.

Les nouvelles règles publiées dans le numéro 35 de la Gazette Officielle  mettent à jour l’exercice du travail indépendant à Cuba, autorisé dans le pays depuis sept ans, elles entreront en vigueur dans 150 jours civils, le 7 décembre 2018. Les travailleurs indépendants ne peuvent exercer qu’une seule activité, et doivent soumettre par écrit la description de l’entreprise et le lieu où ils seront établis afin de demander la permission au gouvernement, dans certains cas ils doivent également, déclarer la source de financement.

L’autorisation d’exercer plus d’un de ces avantages ne sera pas non plus accordée à la même adresse légale. Marta Feito, premier ministre adjoint de la Sécurité du Travail et Sociale (MTSS), a déclaré que suite à l’entrée en vigueur des règles autonomes, les travailleurs auront 90 jours pour régler leurs affaires comme indiqué.

Cuba donne son feu vert aux licences pour l’hébergement privé. Jusqu’en mai, il y avait 591 456 travailleurs indépendants à Cuba, ce qui représentait 13% de la population active du pays. Feito a déclaré que « ces changements répondent au processus annoncé de perfectionner cette forme d’emploi, visant à corriger les lacunes. Il a ajouté qu’il existe des mesures qui répondent aux demandes des travailleurs indépendants, tandis que d’autres «améliorent l’exercice et le contrôle de l’activité». Le travail indépendant, souligne-t-il, « est reconnu dans les documents directeurs des transformations socio-économiques en cours, d’où la volonté de l’Etat de continuer à le développer, notamment ses avantages avec une amélioration de la qualité de biens et services, en plus de faciliter le processus de réorganisation du travail « .

Sources et suite de l’article sur Hosteltur

Newsletter

78 recommandation(s)
bookmark icon