Ferrovial participera à l’appel d’offres relatif au nouvel aéroport de Mexico

 -  -  128


Madrid, 25 fév. (EP) Ferrovial prévoit de participer à l’appel d’offres relatif au marché de construction et exploitation postérieure du nouvel aéroport international de la ville de Mexico, un projet d’un montant de 6.000 milliards de dollars (5.300 milliards d’euros environ) que le Gouvernement du pays prévoit de lancer prochainement, d’après les informations provenant du Conseiller Délégué de la société, Íñigo Meirás. Le groupe présidé par Rafael del Pino réussirait ainsi à entrer au Mexique, un marché stratégique pour sa politique d’expansion internationale et sa croissance. Ferrovial a d’ores-et-déjà profilé un consortium afin de participer à l’appel d’offres relatif à ce ‘mégaprojet’, qui consiste en la construction d’un terminal conçu par Norman Foster et deux pistes. L’aéroport, dont la construction a été annoncée en septembre dernier par l’Exécutif mexicain, pourrait devenir l’un des plus importants de la région. L’intérêt de la société pour cet aéroport fait partie de sa stratégie de croissance dans ce secteur. Le groupe, qui compte sur une participation de 25% dans l’aéroport de Heathrow, vient d’obtenir, à 50% avec Macquarie, trois aéroports régionaux britanniques (Glasgow, Aberdeen et Southampton) et est récemment entré dans le processus lancé au Japon afin de privatiser l’aéroport international de Kansai. De même, la société a tâché d’entrer en qualité d’associé de référence d’Aena et a participé à l’appel d’offres relatif au nouvel aéroport de Santiago du Chili. Cependant, la politique de croissance dans laquelle Ferrovial est immergée couvre toute son ‘activité principale’ qui, outre les aéroports, comprend la construction, les services et les autoroutes. Ainsi, la compagnie présidée par Rafael del Pino analyse actuellement une trentaine de projets différents, représentant un investissement total de 35.000 milliards d’euros, sur ses marchés stratégiques : États-Unis, Amérique Latine (Pérou, Colombie et Chili) et Australie. L’Australie, avec le Mexique, est l’un des pays où Ferrovial cherche à se positionner. Actuellement, après s’être intéressée pour diverses entreprises et désister de l’acquisition de l’entreprise de construction locale Transfield, le groupe participe avec Acciona à l’appel d’offres relatif à une autoroute. L’AUSTRALIE EN TANT QUE PONT VERS L’ASIE « Ferrovial continue d’être très intéressée par le marché australien », a insisté le Conseiller Délégué au cours d’une rencontré avec la presse à l’occasion de la présentation des résultats annuels de la compagnie. « Il ne s’agit plus seulement du marché australien, mais d’une voie afin de s’exposer sur le marché asiatique », a-t-il indiqué. « Si la Chine poursuit sa croissance, nous pouvons toujours analyser d’y entrer via l’Australie », a-t-il ajouté. De fait, dans le portefeuille de projets internationaux actuellement contrôlé par Ferrovial, des  ‘macro contrats’ sont à souligner, comme le « grand projet » que l’Australie devrait lancer en fin d’année, outre une autoroute en Virginie pour un montant de 2.500 milliards de dollars (2.200 milliards d’euros environ), grâce à laquelle elle renforcerait sa présence éminente aux États-Unis. Pour l’instant, la compagnie est immergée dans quatre grands marchés relatifs à trois autoroutes aux États-Unis, outre celle de l’Australie. EUROPA PRESS – Le Courrier d’Espagne avec Sol Marzellier de Pablo (www.smtraductores.com)

Newsletter

comments icon Commenté 0 fois
0 commentaires
bookmark icon

Écrire un commentaire...