IlustraMaxima : un concours engagé – Illustrateurs, l’encre va couler à flots…

 -  -  123


Vitale, l’eau représente près de 65% de l’organisme. Rare pour certains, elle devient une ressource précieuse, là où d’autres la gaspille sans sourciller. Indispensable à l’agriculture, l’eau fait pousser le fuel même de la vie. Autant de besoins qui soulèvent des questions fondamentales : comment optimiser sa gestion ? Comment palier son manque ? Comment la recycler ? Comment la transporter et l’amener là où elle manque cruellement ? Dans le cadre de la décennie de l’eau de l’ONU (2005-2015) et plus particulièrement de l’année de l’eau que nous traversons, la maison d’édition Sauré organise un concours d’illustrations de maximes sur la thématique de l’eau. Avec pour partenaires principaux l’Organisation Internationale de la Francophonie et l’entreprise verte Corporanza, la maison espagnole lance la première édition d’IlustraMaxima, concours innovant, ouvert à tous les illustrateurs, amateurs comme professionnels de plus de 16 ans. Par ailleurs, IlustraMaxima bénéficie entre autres du soutien de la Principauté de Monaco, la vingt-deuxième et dernière maxime proposée aux illustrateurs étant d’ailleurs le fait du Prince. Il faut dire que l’ambassadeur de Monaco en Espagne, S.E.M Patrick Van Klaveren, est particulièrement sensible à cette problématique de l’eau dans le monde, en tant qu’ambassadeur international de la Principauté pour les questions environnementales. (voir notre interview de S.E.M Patrick Van Klaveren)

Spécialisée dans l’édition de bandes dessinées éducatives, la maison Sauré lance un challenge de taille aux concurrents : par la technique de leur choix, illustrer une des vingt-deux maximes proposées. Du proverbe gabonais au premier vers de l’Homme et la Mer, les maximes offrent, dans des styles très différents, des réflexions convergentes pour une prise de conscience de la vraie valeur de l’eau. Aussi le porteur du projet, Jean-François Sauré, espère que les illustrations sauront refléter la portée citoyenne de cette réflexion et contribueront à élever la voix de la société civile pour une responsabilisation quant aux enjeux du développement durable et de la préservation de l’environnement. Sur ce point, le soutien de la Francophonie offre un socle de réflexion précieux. Engagée dans tous les débats articulés autour du vaste concept de développement durable, l’OIF s’attèle à favoriser des initiatives éducatives, artistiques ou simplement informatives, convaincue que la solution n’est pas toujours scientifique ou technique. La problématique appelle en effet une prise de conscience complète et pas seulement une solution financière ou technologique : « il s’agit de communiquer sur le coût réel de l’eau, un coût environnemental et social qui s’inscrit dans la durée », insiste l’ambassadeur, lors de la présentation du concours à l’ambassade de Monaco à Madrid le jeudi 11 juillet. Ouvert depuis le 21 mai et jusqu’au 15 octobre, le concours s’articule autour de plusieurs événements artistiques dont un très beau projet de dessin sur le vif organisé au Musée ABC à Madrid le 22 octobre. Cet événement accueillera une troupe de comédiens qui interpréteront des maximes à travers des poses que les concurrents devront dessiner… Temps imparti : cinq heures ! Les dessins une fois achevés, une vente aux enchères sera organisée dont les bénéfices seront reversés à des associations du Sahel, dans le but de construire des puits dans des régions souffrant de stress hydrique. Aussi, une exposition en français sur le Nil se tiendra du 11 novembre au 6 décembre 2013 à l’Université du Pays Basque de Vitoria-Gasteiz. Pour le moment ancré en terre ibérique, le concours a pour ambition de se donner une envergure internationale dès sa prochaine édition l’année prochaine, avec une thématique encore empreinte de soucis environnementaux et de questions onusiennes d’après Jean-François Sauré (l’année 2014 sera celle de l’agriculture familiale pour l’ONU). Un très beau projet qui véhicule des valeurs citoyennes et prône une réflexion profonde et responsable sur les enjeux de l’eau dans le monde. À vos crayons ! La dotation s’élève à 4000€ et les meilleures oeuvres seront publiées dans un catalogue numérique.

Newsletter

comments icon Commenté 0 fois
0 commentaires
bookmark icon

Écrire un commentaire...