J’ai testé Cabify, qui d’ailleurs vient de lever 100 millions.

 -  -  129


IMG_3352A l’heure où les taxis parisiens subissent de plein fouet la concurrence de Uber et des VTC, les obligeant même à mettre un forfait à 30€ entre Orly et Paris, l’Espagne s’organise progressivement dans le secteur. Uber a certes été interdit par les autorités espagnoles, mais de petites startups locales ont malgré tout percé dans ce secteur tel Cabify. L´économie Née en 2011, la start up espagnole qui a son siège à Madrid offre à ses usagers un service très compétitif de conducteur VTC. Il s’agit de la version novatrice d’Uber, avec deux gammes de véhicules, un modèle « exectutive » : Mercedes Classe S ou Audi A8, siège en cuir, et un modèle « lite » : berline noire style Toyota Avensis, siège en cuir également, en moyenne 20% moins cher que les taxis . Chaque chauffeur dispose d’une licence et la sélection des chauffeurs serait assez strict. Pour avoir fait du Uber pendant des année à paris je peux vous dire que la qualités des voitures et des chauffeur de Cabify est nettement supérieure. Il est élégalement bien habillé, propose des magazines, et surtout fait preuve d’une incroyable amabilité, chose rare chez les taxis. Quant aux tarifs, là aussi, l’écart se creuse, puisqu’à titre indicatif, la course de 30€ entre Plaza Colón et l’aéroport est à 20€ chez Cabify. Ou 5,7 euros pour aller de Plaza Colon à Sol. On regrette qu’il n’y ait pas plus de voiture il faut souvent attendre plus de 10 minutes pour une commande immédiate. Cabify qui a son siège à Madrid vient d’annoncer une levée de fond de 100 millions d’euros (réactualisation fin avril pour le web par LCE). R.N.

comments icon Commenté 0 fois
0 commentaires
bookmark icon

Écrire un commentaire...