La fabuleuse histoire de l’huître d’été

 -  -  4210


Daniel Sorlut vous donne rendez-vous autour de ses huîtres pour célébrer les beaux jours avec gourmandise, légèreté et saveur. Contrairement aux idées reçues, ces sublimes bivalves peuvent vous accompagner au fil des saisons. Découvrez la fabuleuse histoire des huîtres d’été ! Prologue: au début, le mythe des mois en R Les mois en R reviennent souvent à l’esprit lorsqu’il s’agit de consommer des coquillages, et en particulier des huîtres. Ce sont les mois les plus froids de l’année, de septembre à avril. Il y a quelques décennies, les coquillages étaient encore transportés en chariots tirés par des chevaux, à température ambiante. Les mois les plus froids étaient alors les plus indiqués pour parcourir de longues distances. De nos jours les moyens modernes de tranports sous température dirigée permettent d’éradiquer cette idée de nos mémoires. L’intrigue: les mois sans R et la reproduction des huîtres Tout d’abord, intéressons-nous à l’huître et à ses capacités. L’huître est un animal primaire aux fonctions peu développées qui se résument à: filtrer l’eau afin de se nourrir et grossir, grandir en fabriquant sa coquille protectrice, et se reproduire. Seulement, elle ne peut faire qu’une seule chose à la fois : se nourrir ou se reproduire. Ainsi, les mois sans R, autrement dit les mois d’été : mai, juin, juillet, août, correspondent à la période de reproduction des huîtres. Or, comme dit précédemment, ne sachant faire qu’une chose à la fois, elles préfèrent batifoler que de se nourrir. Par conséquent, elles produisent moins de chair et fabriquent du lait mais elles restent néanmoins parfaitement consommables. Rebondissement: Et la nature créa la variété d’huître triploïde Née du croisement naturel de deux variétés d’huîtres: la diploïde, avec ses deux paires de chromosomes, et la tétraploïde, qui, elle, en a quatre. Lorsque ces huîtres se retrouvent ensemble dans les mêmes bassins pendant l’été, c’est le coup foudre… l’inévitable arrive! Allez leur dire de sortir protégées ! De cette union marine est conçue une troisième variété d’huîtres, la triploïde, avec trois paires de chrosomes et une particularité : elle est stérile. Dès lors, comme elle ne se reproduit pas, il ne lui reste qu’à manger et grandir et de ce fait, conserve une constance de qualité tout au long de l’année. Dénouement: les huîtres seront complices de nos apéritifs en terrasse ou de nos longs dîners d’été: ces huîtres à la chair dense et onctueuse, parfumées, fraîches et savoureuses même en été… feront le plus grand bonheur des amateurs de saveurs uniques. Idéales pour agrémenter nos tables estivales, les huîtres Daniel SORLUT surprendront par leur caractère intense et texture fondante pour que le repas soit une fête! Juste pour nous, juste comme çà, pour le bonheur de vivre un moment inédit, accompagnées d’un verre de vin blanc (à consommer avec modération contrairement aux huîtres). Bonne dégustation! Les huîtres Daniel SORLUT, jamais le plaisir n’a été aussi accessible… Ostras Daniel SORLUT, la tradición del placer desde 1930. Points de Vente et Dégustation à Madrid : • Mercado San Miguel, • la Terraza de la Casa de América, • la Terraza del Ritz, • Mercado de Torrijos. www.ostrasorlut.com

Newsletter

4 recommandation(s)
comments icon Commenté 0 fois
0 commentaires
bookmark icon

Écrire un commentaire...