La Fintech en pleine croissance : près de 300 startups espagnoles

 -  -  30270


294, précisément. C’est le nombre de startups Fintech d’origine espagnole qu’a recensé Finnovista dans sa dernière étude. L’organisation, qui cherche à « accélérer le développement des entreprises (fintech) », s’intéresse notamment à ces écosystèmes en Espagne et en Amérique latine. Dans ses derniers rapports, appelés Fintech Radars, Finnovista donne à voir la très forte croissance du secteur dans le pays.

Le nombre de startups fintech espagnoles a connu une croissance nette de 41% ces 15 derniers mois. Sur la période, 117 nouvelles entreprises ont vu le jour, venant s’ajouter aux 209 déjà existantes. Parmi ces dernières toutefois, 32 ont disparu.

L’étude divise l’écosystème en 11 « segments » différents, à savoir les principaux domaines dans lesquels fleurissent les entreprises fintech. En tête du classement, les entreprises spécialisées dans le paiement sont au nombre de 61, représentant plus de 20% du total des startups recensées. Puis vient le domaine du prêt (43 startups, 15% du total), la gestion de finances personnelles (36 startups, 12% du total), le crowdfunding (34 entreprises) et la gestion financière d’entreprise (33 startups).

La puissance de l’écosystème espagnol est largement impulsé par 4 secteurs, ayant connu une croissance de plus de 50% sur les 15 derniers mois. En haut du podium, on retrouve le crowdfunding, qui a connu une croissance de 62% sur la période. Le nombre de startups dans ce segment est passé de 21 à 34.

 

Finnovista 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En Amérique latine, le domaine est aussi en plein essor. Au Mexique, Finnovista a recensé 238 startups fintech, 230 au Brésil ou encore 124 en Colombie. Chaque pays semble déjà avoir quelques spécialités. Ainsi, le Mexique dépasse largement le nombre de startups espagnoles dans le domaine du prêt. Tandis que les entreprises brésiliennes, peu nombreuses sur ce segment, sont en tête dans le secteur des paiements.

Depuis 2015, Londres est reconnue comme la capitale mondiale de la Fintech. Selon l’étude, si cette première place est encore incontestable aujourd’hui, la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne devrait ouvrir de grandes opportunités pour les autres capitales du continent. Beaucoup espèrent en effet pouvoir accueillir les entreprises britanniques, fintech notamment, souhaitant rester dans l’Union. Madrid sera-t-elle la prochaine capitale de la Fintech ?

Newsletter

30 recommandation(s)
comments icon Commenté 0 fois
0 commentaires
bookmark icon

Écrire un commentaire...