Le FMI réduit ses prévisions de croissance pour l’Espagne

 -  -  23654


Le Fond Monétaire International (FMI) estime que l’économie espagnole aura une croissance de 2,7 % cette année, donc, très légèrement moins que les précédentes estimations.
Selon leurs calculs, la croissance économique en 2018 devrait être à 2,7 % (un dixième de moins que prévu) et en 2019 à 2,2 %, car le ralentissement de la croissance est plus important que prévu. C’est effectivement moins que la croissance de 2017 qui était de 3,1 %.
Ces prévisions de baisse sont les conclusions préliminaires de l’étude annuelle remise sur l’économie espagnole, mais ces conclusions, cette fois, s’accompagnent de quelques exigences à l’égard du gouvernement de Pedro Sanchez puisque le FMI lui demande d’inclure dans le budget 2019, des “mesures crédibles pour un ajustement budgétaire durable.
Le Fond Monétaire International demande également au gouvernement de quantifier de manière réaliste et précise l’impact que les différentes augmentations d’impôt aura. Car aussi bien la Moncloa, qu’Hacienda et d’autres ministères ont proposé et lancé de nombreuses mesures dans le domaine fiscal. Mais, les données en termes de rentrée pour les caisses de l’état et en terme de pouvoir d’achat pour les Espagnoles sont confuses voire parfois contradictoires.
Par ailleurs, Christine Lagarde met en garde contre le danger de lier la revalorisation des retraites à l’ IPC (l’indice des prix à la consommation) ajoutant “qu’un ajustement ponctuel des prestations pourrait compromettre la durabilité du système financier « .
Selon les estimations du Fond, « indexer la réévaluation des retraites à l’inflation ajouterait de manière permanente environ 3 à 4 % du PIB au versement des retraites d’ici 2050 ». Ce chiffre, en termes nets, pourrait signifier une augmentation des dépenses allant jusqu’à 45 milliards de dollars.
Le document préconise en outre, « une augmentation de la cotisation minimale pour les travailleurs indépendants (los autonomos), que le revenu maximal soit soumis à des cotisations plus élevées, et que soit pris en compte pour l’âge légal de la retraite l’espérance de vie actuelle ».
L’économie espagnol dont l’assez bonne santé globale fait des envieux chez quelques voisins européens, expérimente seulement un  léger essoufflement de l’augmentation de sa croissance, phénomène considéré comme normal par bon nombre d’economistes.

Laurence Lemoine

www.valencia-expat-services.com

 

Newsletter

23 recommandation(s)
bookmark icon