Les capitales espagnoles de plus en plus valorisées selon une étude d’OPEA

 -  -  81905


Les grandes capitales espagnoles ont tiré leur épingle du jeu au dernier trimestre 2017 avec de fortes hausses de valeurs, jusqu’à 12,5%, selon une étude du site de chasseurs immobiliers OPEA. Des chiffres qui confirment l’amélioration du marché immobilier en Espagne.

Pour le quatrième trimestre de 2017, le classement des villes les plus chères est modifié puisque c’est la capitale San Sébastien (3 231 €/m²) qui prend la première place devant Barcelone (3 129 €/m²), première au troisième trimestre. Ciudad Condal (3 129 €/m²) et Madrid (2 601 €/m²) complètent le palmarès. Les valeurs les plus basses concernent les villes de Castellón (848€/m²), Ávila (907 €/m²) et Ciudad Real (923€/m²).

Madrid, Barcelone et Palma de Majorque font partie des capitales où la hausse des prix entre 2016 et 2017 au quatrième trimestre est supérieure à 5 %. C’est également le cas dans dix autres villes d’Espagne en tête desquelles Pampelune avec une hausse de 12,5%. Les autres villes concernées par ces augmentations sont Burgos (+8,8%), Vitoria (+8,2%), Soria (+7,3%), Santa Cruz de Tenerife (+6,7%) et San Sébastien (+6,1%).

Salamanque à Madrid tient la position de zone immobilière la plus chère avec un prix au mètre carré de 4 466 €

Si les résultats sont bons pour certaines capitales, d’autres ont subi dans la dernière partie de l’année de fortes dévaluations. En tout, dix-neuf capitales affichent des baisses de prix au quatrième trimestre par rapport à 2016. Notamment Ciudad Réal (12,6%), Cáceres (-9,7%) et Guadalajara (-8,4%).

Si l’on se concentre sur le prix des quartiers des capitales, c’est celui de Salamanque à Madrid qui tient la position de zone immobilière la plus chère avec un prix au mètre carré de 4 466 €. Il se positionne devant Sarrià-Sant Gervasi (4 261€/m²) à Barcelone. Trois autres quartiers madrilènes complètent le palmarès des quartiers les plus chers : Centro et Chamberí (environ 4 000 €/m²) et enfin Chamartin 3 976 €/m².

Le cas particulier de Barcelone

La capitale de la Catalogne a subi au dernier trimestre 2017 l’instabilité politique. Sa valeur moyenne a été réduite de 1,7% entre le troisième et le quatrième trimestre. Une baisse qui se confirme dans certains quartiers de la ville, notamment Ciutat Vella (-5,8%) et Les Corts (-5,5%).

Bien que la valeur interannuelle de Barcelone ait augmenté au troisième trimestre, jusqu’à  20,6 %, la situation de la région a modéré la hausse sur l’année 2017 à 14,8 %. Barcelone reste tout de même la deuxième capitale avec la plus grosse augmentation de sa valeur. Elle est devancée par Madrid, qui est première avec 17,1%, et suivie de Palma de Majorque, troisième, avec 13,7% d’augmentation.

De plus, les quartiers barcelonais de Sants-Möntjuic et Sant Marti sont les zones où la valeur a le plus augmentée sur l’année, respectivement +26,5 % et +24 %. Deux autres quartiers ont été remarqués pour la forte augmentation de leur valeur : Centro à Madrid (21%) et Nou Barris à Barcelone (18%).

Malgré les difficultés du dernier trimestre à Barcelone, le solde annuel montre des augmentations interannuelles de 14% à Ciutat Vella, 0,2% à Les Corts et 9,4% à Sarrià-Sant Gervasi.

Source : https://www.opea.es/etudes

 

Newsletter

81 recommandation(s)
bookmark icon