« L’Espagne a reformé son marché du travail et dispose d’une plus grande flexibilité »

 -  -  139


Thierry Barbosa est un français installé à Madrid depuis 2010. Il est à la tête deux restaurants : Le Petit Comité ainsi qu’un nouveau qu’il a récemment lancé : Goss. Rencontre.

Photo : Thierry Barbosa dans son restaurant Le Petit Comité

Vous êtes entrepreneur, ancien cadre supérieur, comment en êtes-vous arrivé là ? Pourquoi avoir monté un restaurant ?

Je suis un ancien cadre supérieur français, ancien directeur financier, j’ai travaillé avec General Electric, dans la finance. Pour des raisons personnelles, vers octobre 2010, je suis venu à Madrid et je n’ai pas trouvé de travail même si j’ai eu des propositions. A partir de ce moment, j’ai décidé de monter mon propre business, ma mère étant cuisinière, elle m’a transmis cette passion pour la cuisine. J’ai donc cherché des locaux et ouvert mon premier restaurant en juin 2011. Mon concept était de créer un restaurant espagnol avec une touche française, et cela se voit à travers le service, la décoration, l’accueil et les plats qui rappellent la culture française. Mon objectif était de créer un restaurant dans lequel j’aurais envie de me rendre par le mélange de la culture.

Est-ce difficile de monter un restaurant à Madrid ? Quelles difficultés avez-vous rencontré ?

Monter un restaurant à Madrid n’est pas le plus compliqué, mais le faire fonctionner, ça l’est. Il faut trouver un local accessible et bien situé et cela n’est pas le plus facile. Les premières années, un travail de communication s’est imposé afin de faire connaître le restaurant qui se situe deux rues derrière Gran Vía. Mais lorsque la clientèle s’y plait, elle revient généralement au restaurant et n parle autour d’elle. C’est ainsi qu’un petit cercle d’habitués a commencé à se former. Mon restaurant est resté un an dans le top 15 du TripAdvisor. Cela est dû principalement à la convivialité du restaurant et la qualité des plats. Le restaurant est polyvalent c’est-à-dire qu’il a la capacité d’accueillir différents publics : il dispose d’un salon privé qui peut accueillir jusqu’à 25 personnes, comme une société privée qui se réunit, un anniversaire, un repas de famille ; une sale principale avec des tables de 2, 4 et 6 personnes. Chaque espace dispose de sa propre sono. Le restaurant comprend également un bar ouvert, entièrement réformé à l’étage inférieur et un espace pouvant accueillir un groupe de 10-15 convives un peu isolé pour les personnes souhaitant se retrouver.

Quel type de cuisine proposez-vous ?

La cuisine que je propose est principalement espagnole mais avec une pointe française. La carte dispose de plats français comme le carré d’agneau. On a aussi des plats typiques espagnols avec une touche française comme un plateau de fromages, du foie gras ou encore des vermicelles fait avec du confit de canard : un plat espagnol de Galice en somme, mais avec une touche française. Le restaurant dispose de plats à la carte, de menus dégustation ainsi que de menus spécialement conçus pour les groupes.

Quel type de public recevez-vous ? Un article récent dit que 40% des réservations se font online, notamment par le biais des plateformes de réservation ou de la propre page web de l’établissement. Est-ce le cas pour votre restaurant ?

Limage (25)e public que je reçois est majoritairement âgé entre 30 ans et 50 ans et se compose de français qui viennent à la recherche d’une expérience culinaire, pour comparer des plats et qui disposent au final d’une culture gastronomique. La majorité des réservations, c’est-à-dire à 80-90% se fait online, par mail ou par téléphone.

L’Espagne a réformé son marché du travail depuis plusieurs années. Appréciez-vous cette flexibilité ?

Effectivement, l’Espagne a reformé son marché du travail et dispose d’une plus grande flexibilité, la rotation dans la restauration est plus facile.

Sentez-vous la reprise économique, comment ? Quelles sont vos perspectives d’avenir ? 

La reprise économique se ressent et ce, par la reprise des réservations, elles se font avec plus de fréquence. J’ai récemment ouvert un autre restaurant, situé à Chamberí, Paseo de Eduardo, qui se nomme Goss. Il s’agit avant tout d’un gastro-bar, où mon équipe et moi-même mettons en avant la terrasse, en travaillant les boissons, les copas. Cela fait 6 mois que j’ai ouvert ce restaurant, que j’ai entièrement repeint pour ajouter une touche de sobriété et il fonctionne plutôt bien, puisqu’il commence progressivement à se faire une clientèle. Mais cela a nécéssité un travail de communication pour le faire connaître. Le restaurant dispose de 9 tables soit 20 couverts et 11 tables en terrasse.

Nejma Djelloudi Le Petit Comité Calle Reina, 15

Newsletter

comments icon Commenté 0 fois
0 commentaires
bookmark icon

Écrire un commentaire...