L’immobilier espagnol revalorisé en 2017 selon une étude d’OPEA

 -  -  482478


Selon une étude parue sur le site de chasseurs immobiliers OPEA, l’activité immobilière des communautés autonomes sur le dernier trimestre 2017 est en hausse de 4,2 % par rapport à l’année dernière. Avec un prix au mètre carré de 1 264 euros pour un logement fini, la tendance de croissance modérée se confirme sur le marché espagnol.

Si la tendance au quatrième trimestre est à la hausse dans la plupart des communautés autonomes, ce sont celles de Navarre et de Madrid qui se distinguent avec une augmentation interannuelle respectivement de 15,3% et 15,1%, en ce qui concerne les logements finis. Elles sont suivies de la Catalogne (8,9%) et des Îles Baléares (7,5%).

En tête des communautés, avec 2 082 euros par mètre carré, Madrid est la région avec la valeur moyenne la plus élevée. Les Îles Baléares (2023 euros par mètre carré), le Pays Basque (1 992 euros par mètre carré) et la Catalogne (1 770 euros par mètre carré) constituent le panel des régions les plus valorisées au dernier trimestre 2017.

Cependant, ces résultats sont à nuancer avec ceux d’autres communautés qui ont subi une baisse de leur valeur moyenne : Castilla-La Mancha (-6,1%) et l’Estrémadure (-2,2%). Par ailleurs, les plus importants ajustements à la baisse cumulés depuis les maximums de 2007 concernent Castilla-La Mancha (-54,7%), La Rioja (-53,3%) et Aragón (-50,1%).

Les grandes capitales fortement réévaluée

Madrid, Barcelone ou encore Palma de Majorque, sont les villes où les hausses de prix d’une année sur l’autre, au quatrième trimestre, sont les plus significatives avec respectivement, +17,1%, +14,8% et +13,7%. D’autres villes ont également réalisé une importante croissance comme Pamplune (+12,5%), Burgos (+8,8%), Vitoria (+8,2%), Soria (+7,3%), Santa Cruz de Tenerife (+6,7%9 et San Sebastián (+6,1%).

A noter, le cas particulier de Barcelone, dont les incertitudes politiques ont eu des conséquences sur le marché immobilier, notamment sur la valeur moyenne qui a baissé de 1,7% par rapport au trimestre précédent, et jusqu’à 3 129 euros par mètre carré.

Pourtant, les quartiers où le prix du logement a le plus augmenté sont ceux de Sants-Möntjuic (26,5 %) et Sant Marti (24%), tous deux situés à Barcelone. Centro (Madrid) et Nou Barris (Barcelone) sont les deux autres quartiers avec une forte réévaluation : 21,1% et 18%.

En tête des villes les plus chères, San Sebastián (3 231 euros par mètre carré) passe devant Barcelone (3 129 euros par mètre carré), suivi de la Ciudad Condal (3 129 euros par mètre carré) et Madrid (2 601 euros par mètre carrés). C’est pourtant le quartier de Salamanque (Madrid) qui est, au quatrième trimestre, le plus cher d’Espagne (4 466 euros par mètre carré).

Enfin, 19 capitales ont vu leurs prix baisser par rapport à 2016. Les baisses les plus importantes sont situées à Ciudad Real (-12,6%), Cáceres (-9,7%) et Guadalajara (-8,4%).

Des ventes de plus en plus rapides

8,6 mois, c’est le temps moyen pour vendre au dernier trimestre 2017. Une période plus courte, par rapport au trimestre précédent (9,1 mois), qui s’explique par une augmentation des achats et une diminution de l’offre de logements. Les villes où le temps de vente est le plus rapide sont Madrid (2,8 mois), Saragosse (5,3 mois), Séville (6,1 mois) et Valence (7,9 mois). Une nouvelle fois, Barcelone est la seule capitale à voir ce délai augmenter et passer de 3,4 mois au troisième trimestre à 4,3 mois au dernier trimestre.

 

Source : https://www.opea.es/etudes

48 recommandation(s)
bookmark icon