Madrid, nouvel eldorado immobilier des investisseurs américains

 -  -  371


Voilà qui va apporter de l’eau au moulin de ceux qui défendent le potentiel de l’Espagne. Aujourd’hui, le pays est devenu un lieu attrayant pour les investisseurs. Car, comme le rapporte l’Expansion.com, ils sont de plus en plus nombreux à s’installer dans ce pays. Ils sont riches , investissent dans les entreprises espagnols ou même européennes, et tirent parti des possibilités offertes par le marché de l’immobilier espagnol. Ce sont les raisons de l’intérêt des grandes fortunes qui achètent une résidence en Espagne et, tout particulièrement, celle des riches Américains qui s’installent à Madrid.  » Ils n’achètent pas seulement pour venir en vacances . Plusieurs s’installent quelque temps à Madrid et de là se rendent à Londres , Paris ou Berlin. C’est un moyen de s’installer en Europe et de contrôler l’ entreprise qu’ils ont sur ce continent », explique Daniel Miquel , directeur de Negocio Residencial de Knight Frank. Selon le rapport Mercado Residencial Prime en Espagne, « Madrid est de plus en plus dans le viseur des acheteurs internationaux aux États-Unis et a enregistré une hausse d’intérêt des investisseurs Mexicains, Colombiens et Vénézuéliens » Mais il y a un autre facteur qui attire beaucoup les riches Américains . L’obtention de la résidence Espagnol aux investisseurs les encourage En effet, depuis quelques mois, le gouvernement donne aux investisseurs étrangers la possibilité d’obtenir la résidence Espagnol s’ils achètent un bien immobilier pour un montant supérieur à 500.000 euros. Cela encourage le marché et les experts s’attendent à ce que ces ventes de maisons se poursuivent. « Nous espérons en particulier que les investisseurs en Asie et au Moyen-Orient virent vers les marchés espagnols avec une plus forte concentration d’actifs , comme cela s’est produit au Portugal  » , appuie Dannie Miquel . Les nouveaux résidents peuvent voyager dans l’espace Schengen sans visa jusqu’à 90 jours tous les six mois , ce qui leur permet de faire des affaires avec d’autres marchés européens. Concernant le type d’achat des fortunes américaines, là encore, nous sommes dans le même domaine : «Ils veulent que cela soit au centre, dans des quartiers bien établis , de très bonne qualité , et ne s’intéressent pas aux propriétés à la périphérie de Madrid. Ils n’ont pas de limite de prix et méditent beaucoup leur décision », explique Miquel . «Ils veulent le meilleur du meilleur », détaille, elle, Bélen Grimau responsable commercial à Madrid de Propiedades Singulares , une division de CBRE . « Pour eux, ce n’est pas seulement une question de business, ils achètent également en Espagne parce qu’ils sont attachés au pays » rajoute-t-elle Un phénomène qui en appelle d’autre Le prix des maisons vendues est compris entre un et trois millions d’euros, les ventes se produisent principalement dans le quartier de Salamanca, El Viso , Castellana et de la zone Jeronimos . Kate Everett -Allen , responsable des affaires internationales résidentiel chez Knight Frank , estime que « pour une capitale , le coût de Madrid est relativement faible. Donc, l’offre est limitée et les prix n’ont pas baissé autant que dans d’autres parties de l’Espagne ». D’autres zones, plus périphériques, pourront bénéficier de ce phénomène. Notamment avec la vente de résidences de luxe du côté de La Moraleja, La Finca, Puerta de Hierro y Mirasierra : « Nous nous attendons à une stabilisation des prix en 2014 », continue Kate Everett Allen. Cet intérêt pour Madrid a été renforcée durant la crise de la côte espagnole. Au delà des investisseurs américains, en Europe, l’Angleterre et l’Allemagne mènent le classement des achats d’actifs dans ces domaines, alors que Russes et les Suédois ont une certaine importance depuis quelques mois

Newsletter

3 recommandation(s)
comments icon Commenté 0 fois
0 commentaires
bookmark icon

Écrire un commentaire...