Nous avons testé le plus vieux restaurant au monde, à Madrid

 -  -  661789


Un des trésors gastronomiques mais aussi touristiques de Madrid n’est pas la quantité de restaurants fusion ou chill out, mais les véritables temples historiques qui n’ont pas bougé depuis des siècles. Le saviez-vous ? Le restaurant le plus vieux au monde se situe à Madrid, nous avons testé pour vous le Sobrino de Botín.

Son histoire débute au XVIIIème siècle, au numéro 17 de la calle Cuchilleros (rue des Couteliers) au cœur de Madrid. Ouvert en 1725, le restaurant n’a jamais changé de lieu et ni cessé son activité, même pendant la Guerre Civile espagnole (1936-1939). Une longévité qui lui a valu la reconnaissance Guiness, en 1987, du plus long restaurant à avoir été actif.

Un restaurant fondé par un Français

Fondé par un cuisinier français, Jean Botin, venu s’installer à Madrid, c’est son neveu qui reprit le restaurant à sa mort et lui donna son nom actuel : El Sobrino de Botín (le neveu de Botin). Il est à noter qu’au début de son histoire, il ne s’agissait pas vraiment d’un restaurant mais plutôt d’une auberge où était cuisiné ce qui était apporté par les clients. À cette époque, en Espagne, il était en effet interdit de vendre dans les auberges du vin, de la viande ou n’importe quel type de nourriture. Au XIXème siècle, des travaux sont entrepris et l’on installe notamment une vitrine pour vendre des pâtisseries.

Aujourd’hui, c’est la troisième génération des González qui possède le lieu. Devenu la propriété de cette famille au début du XXème siècle, le restaurant est alors une petite entreprise familiale jusqu’à la Guerre civile. Pendant cette période, le restaurant est la cantine des miliciens. Après la guerre, ce sont les petits-fils González qui reprennent les rênes pour en faire le restaurant de quatre étages qui existe actuellement. De nombreux travaux ont été réalisés pour accueillir la clientèle, de plus en plus importante au fil du temps, mais toujours en essayant de garder l’esprit de l’auberge d’origine.

Un lieu historique

La pièce maîtresse du restaurant est le four, vieux de 300 ans où l’on continue de cuisiner les recettes de Jean Botin et de son neveu. Car, au Sobrino de Botín, pas de cuisine comme dans les restaurants modernes. C’est la cuisine espagnole traditionnelle qui est à l’honneur, dont le plat phare : le cochon de lait.

Parce qu’il a traversé les siècles, le restaurant a aussi vu passer des personnalités célèbres dont Benedito Pérez Galdós, Ramón Gómez de la Serna, Graham Greene, ou encore James A. Michener. Selon le Guiness des records, il est même possible qu’un adolescent du nom de Goya y ait fait la plonge pendant quelques années… Mais, c’est surtout Ernest Hemingway qui a marqué l’histoire du restaurant. Pour les propriétaires actuels, il est même en partie responsable de la renommée du Sobrino de Botín. L’écrivain a en effet décrit le restaurant dans son roman Le soleil se lève aussi (1926).

Notre expérience

Synonyme de bonnes maisons à Madrid, le personnel est habillé à l’ancienne : chemise blanche et nœud papillon noir. Nous vous recommandons de vous installer au rez-de-chaussée, dans une petite pièce seulement accessible par les cuisines. Traverser le cœur de la maison Botín est une véritable expérience et un spectacle incroyable. Une dizaine de chefs s’activent à préparer les « cochinillos », les « corderos », les « croquetas », tout ce que l’Espagne fait de mieux. À la différence de nombreux restaurants, vous pouvez voir l’activité des cuisines à travers une vitre, comme si vous y étiez. Le jour où nous y sommes allés, le cuisinier ne manquait pas de flammes…

Nous vous recommandons aussi d’y emmener vos clients ou tout simplement de privatiser la petite pièce côté cuisine, un must pour les dîners ou déjeuners d’entreprises à un moment où le « bleisure » est de plus en plus demandeur d’expériences locales.

 

Copyright photos : LCE

Photo titre : restaurant El Sobrino de Botín

Newsletter

66 recommandation(s)
bookmark icon