« Nous percevons la reprise, mais dans un contexte radicalement différent où ceux qui ont survécu se sont réinventés »

 -  -  3110


MPGMarie-Pierre est installée en Espagne depuis plus de 25 ans. Elle dirige une société de services linguistiques tels que l’interprétation de conférence ou la traduction spécialisée. Ses clients sont des multinationales, des organisations internationales mais aussi des PME espagnoles et françaises. Son entreprise, Synonyme.net, a pu surmonter la crise espagnole grâce à sa flexibilité, à l’internationalisation et une obsession constante pour l’innovation. Rencontre.

1 – Vous êtes chef d’entreprise depuis de nombreuses années en Espagne. Quelle leçon retenez-vous ? 

Eh bien, que les expériences quelles qu’elles soient sont toujours enrichissantes… Je n’ai pas choisi la facilité en m’installant en Espagne, le marché était moins mûr certes, mais la reconnaissance des prestations intellectuelles rares, le marché confus, avec une concurrence extrême par les prix, beaucoup d’improvisation, de dernière minute, des conférences sans documentation… Tout ceci a été accentué par la crise, bien entendu. 

Chez Synonyme.net, aujourd’hui, après avoir surmonté toute cette période et ces difficultés, je crois pouvoir dire que nous sommes mieux armés que personne. Nous continuons de travailler en Espagne, bien sûr, mais nous développons de plus en plus à l’international, en particulier sur la France.

2 – Percevez-vous la reprise économique depuis 2 ans ? 

Une PME est un baromètre, d’autant plus sensible qu’elle opère dans les services, et les services ce sont les gens. De même que nous avons vu arriver la crise en 2008 par le simple fait que nos clients se sont empressés de faire traduire leurs sites pour disposer de vitrines extérieures, qu’ils ont renoncé aux services de confort, comme leur image ou leur communication, nous observons aujourd’hui des profils de commande plus pointus, où le prix n’est plus le seul critère, où l’on reparle de qualité et de fiabilité du contenu. Oui, nous percevons la reprise, mais dans un contexte radicalement différent où ceux qui ont survécu se sont réinventés.

3 – Quels produits/services proposez-vous ?

Il y a de toute évidence un avant et après-crise. Nous avons décidé d’ouvrir tous les champs possibles de coopération entre le client et Synonyme.net. Aujourd’hui, c’est toute une chaîne de services, au delà de l’aspect linguistique, que nous proposons à nos clients jusqu’au produit fini, mis en ligne ou imprimé (en maintenant le format d’origine en 80 langues : ppt, html , In Design, sur tous les supports possibles, écrit, audio ou vidéo ).

Autre service traditionnel que nous avons revu et remis au goût du jour de l’économie Internet : la génération de contenus rédactionnels, quelle qu’en soit la langue, pour alimenter les blogs et les sites web de nos clients. C’est un service en plein essor chez Synonyme.net actuellement…

4 – Comment se caractérise la dématérialisation de l’économie dans ce secteur ?  

Je ne citerai que deux exemples, l’un nous ouvrant des opportunités, l’autre que nous ressentons comme une menace relative .

Une innovation : nous avons résolument décidé d’innover en transposant dans le virtuel les événements classiques et présentiels comme les conférences, ou plus simplement les réunions internationales.

La planète s’ouvre mais les acteurs ne se comprennent pas nécessairement en anglais commercial, n’ayant pas forcément toujours une langue commune. Grâce à Genius ConfCall (www.geniusconfcall.com), une innovation Synonyme.net, vous pouvez dialoguer en temps réel, chacun dans sa langue, par exemple avec un Chinois qui se trouve dans son bureau ou sa salle de réunion à Pékin. http://www.synonyme.net/confcall.php

Nos ressources linguistiques sont les mêmes, les interprètes de conférence n’ont pas changé, mais la traduction simultanée se fait maintenant avec Genius ConfCall dans le cadre d’une téléconférence. Nos clients se réunissent sur leurs plateformes habituelles, et nous leur apportons la traduction simultanée.

Grâce à Genius ConfCall  « le monde parle une seule langue : la vôtre » prend tout son sens…

Par ailleurs pour revenir à la menace relative, on parle beaucoup des logiciels de traduction automatique orale ou écrite, de type Skype translation. C’est une réelle innovation qui peut se révéler très intéressante pour la sphère privée, ou pour des messages professionnels simples. Ceci n’est cependant pas le cas dès que la réalité professionnelle devient plus complexe, plus nuancée.

Nos clients n’acceptent pas de risques inutiles, notamment de type juridique, financier ou scientifique, résultant d’une traduction erronée. Ce n’est donc pas une menace pour notre métier. Une machine ne supplante pas encore l’expertise humaine. Une société de services linguistiques, c’est une combinaison unique de connaissances sectorielles, une technologie linguistique de pointe et une optimisation du service client. Ajoutons qu’en utilisant ces outils automatiques, la sécurité informatique des clients n’est pas garantie puisque l’information traduite se retrouve de fait dans des serveurs externes.

La menace est donc relative dans la mesure où c’est au client de choisir s’il souhaite ne pas prendre de risque d’une part, et protéger la confidentialité de ses informations d’autre part.

 5 – Une société française a-t-elle finalement plus intérêt à faire appel à vos services qu’en France ? 

Oui… et ceci pour plusieurs raisons :

– L’équipe est multiculturelle, avec notamment plusieurs Français… nous pourrions être en France, nous sommes simplement  « délocalisés » à Madrid

– Notre réseau est mondial. Nos traducteurs et interprètes travaillent le plus souvent dans leurs pays d’origine

– Nous avons une structure de coûts plus légère et plus flexible qu’en France

– Les clients basés en France n’ont pas à nous régler de TVA

Nous recrutons des talents sans difficultés car le pays est agréable, la vie est plus douce à Madrid qu’à Paris ou dans le Nord de l’Europe. Les salariés de toutes origines ont donc un comportement proactif, qui se reflète dans notre service au client.

6 – Va-t-on alors revoir les centres d’appel et autres sociétés de services françaises sous-traiter à nouveau en Espagne ?  

Oui, certainement, car en terme de coûts, l’Espagne est redevenue compétitive. C’est un peu l’Espagne que j’ai connue dans les années 90, diplôme de l’ESIT en poche… les multinationales américaines s’implantaient ici dans l’électronique, les industries utilisaient l’Espagne comme plateforme de production pour les marchés du Moyen Orient… Aujourd’hui, cela peut tout aussi bien s’étendre aux prestations de services comme les nôtres…

Marie Pierre Gesta l www.synonyme.net l www.geniusconfcall.com l synonyme@synonyme.net

Newsletter

3 recommandation(s)
comments icon Commenté 0 fois
0 commentaires
bookmark icon

Écrire un commentaire...