Qui sont les entrepreneurs français d’Espagne?

 -  -  288


Le Courrier se penche sur une population grandissante et assez isolée : les Français qui entreprennent en Espagne. Durant plusieurs semaines, à raison d’un portrait par jour, notre équipe a rencontré ces Français qui ont tout abandonné pour monter leurs affaires. Jamais un tel dossier n’a été fait en Espagne sur ce public courageux.

La crise a du bon pour certains. Elle oblige non seulement à se remettre en question mais surtout à changer rapidement de vie ! Soit par vocation, soit parce qu’ils n’ont pas voulu quitter l’Espagne. « Je suis arrivé en Espagne il y a dix ans, il y avait alors de la croissance économique et je vivais comme un nabab grâce à mon salaire élevé » nous confiera l’un d’eux lors de notre entretien. « Puis est venue la crise, les licenciements et une baisse de salaire. Que faire quand on a une femme espagnole, des enfants au lycée français et une hypothèque de 1.500 euros par mois ? Partir ? Pour aller où ? S’endetter ailleurs ? »

Les Français d’Espagne qui subissent le choc de la crise et se sentent prisonniers de leur quotidien sont nombreux ! Or, en Espagne ils sont bien plus isolés qu’en France car les aides à l’entreprenariat sont quasi inexistantes. Les business angels, inconnus au bataillon « Il n’y a pas la culture de l’investissement amorçage ici c’est un drame » se lamente un entrepreneur. Et les associations d’entrepreneurs espagnoles encore bien trop archaïques, notamment dans le domaine des nouvelles technologies, ce qui explique aussi l’inexistence d’un « nouveau marché » à la bourse espagnole.

Une caste d’entrepreneurs français est née. Il y a d’abord ceux qui le sont par nature, qui depuis des années montent des sociétés, comme Pascal Bourbon de Barcelone qui a déjà plusieurs entreprises à succès à son actif. Il y a aussi des anciens cadres supérieurs comme Julie de Fontenay, ancienne directrice marketing de 1001liste, qui a monté une entreprise de bijoux gravés et qui a déjà plus de 11 points de vente sur la péninsule. Ou encore Laurent Gauze qui développe à son compte plusieurs franchises Ibis et avec déjà 7 hôtels à son actif. Enfin, à l’image de ce jeune entrepreneur qui vient de créer sa start-up d’un concept assez particulier, Misterparking, un site d’achat vente de places de parking…

Des secteurs très variés et des initiatives très courageuses que Le Courrier d’ Espagne a décidé de supporter pendant plusieurs semaines à raison de un portrait par jour. Ce dossier exceptionnel sera diffusé intégralement sur son numéro papier. Car Le Courrier et son réseau WOMMs sont aussi une initiative privée et indépendante…

Voir les premiers portraits

Philippe Chevassus

Newsletter

2 recommandation(s)
comments icon Commenté 0 fois
0 commentaires
bookmark icon

Écrire un commentaire...