Toralla, l’île privée que la loi côtière n’atteint pas

 -  -  19524


Depuis des années, l’île de Toralla, au large de Vigo, est une propriété privée, dont l’accès est rendu impossible par une barrière. Une situation illégale contre laquelle se battent le conseil municipal et les groupes politiques de la commune.

La petite île de Toralla, 10 hectares, fait face à la plage d’O Vao, l’une de celles les plus fréquentées de Vigo. Le seul moyen d’y accéder est une petite route au bout de laquelle une barrière s’ouvre et se ferme uniquement pour laisser entrer l’un des 800 résidents de l’île. Ces derniers se répartissent entre l’un des 30 chalets installés sur les rives ouest de l’île, et la tour de 70 mètres de haut, construite dans les années 1970, à l’est.

Toralla n’appartient pas au domaine public. L’île appartient à une communauté de propriétaires qui détient l’endroit, notamment à travers la société Toralla S.A qui y possède des concessions jusqu’en 2064.

Les autorités publiques voudraient reprendre le contrôle sur ce territoire. Plusieurs actions ont été tentées, notamment, il y a déjà une dizaine d’années, l’approbation par le ministère de l’Environnement, d’un projet de restauration du domaine public maritime terrestre. Ce dernier prévoyait la création d’un sentier de trois mètres de large autour de l’île, mais n’a toujours pas été mis en application.

Rendre l’accès libre à Toralla

Le 1er mars dernier, lors d’une séance plénière, une motion a été demandée par les groupes socialistes et En Marea pour que l’île devienne un domaine public et qu’elle soit accessible à tous.

En Espagne, la loi côtière de 1988, établit la nécessité de créer une démarcation du domaine public maritime terrestre. Il s’agit d’établir une ligne qui détermine la limite entre la terre qui appartient à la mer et aux plages, et qui est publique, et l’intérieur, susceptible d’appartenir et être géré par des individus. Cette démarcation est de la responsabilité du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et de l’Environnement. Par ailleurs, la zone délimitée ne peut pas être occupée sans autorisation, puisqu’elle dépend du domaine public.

Rien de cela n’a été fait à Toralla, où les propriétaires ont construit comme ils le souhaitaient. La seule concession faite récemment est la permission accordée  à l’université de Vigo d’installer sa Station des sciences de la mer de Toralla, pour y mener des investigations.

L’avancée la plus notable pour permettre aux citoyens de Vigo d’accéder à Toralla a eu lieu dans les années 1990. Une sentence de la Cour suprême avait alors obligé les propriétaires à déplacer la barrière de l’autre côté du chemin, permettant à ceux qui le souhaitent de pouvoir se promener sur la route reliant Toralla à la côte.

Dans son histoire, Toralla a toujours eu un propriétaire. Le premier fut l’évêché de Tui, puis le marquis de Valladares. Au début du XXème siècle, l’île passe entre les mains de Martin de Echegaray. Ses descendants la vendront, en 1965, à la famille qui a constitué Toralla S.A.

Newsletter

19 recommandation(s)
bookmark icon