Un peintre français à l’honneur au Thyssen : Pissarro, un talent dans l’ombre de Monet

 -  -  13


L’impressionniste français fait l’objet d’une rétrospective au musée Thyssen-Bornemisza à Madrid, première à lui être consacrée en Espagne. Palette de l’artiste – Pissarro Le peintre qui vécut sur la deuxième moitié du XIXème a produit nombre de paysages, ruraux comme urbains, qui sont tout particulièrement l’objet de l’exposition. Des œuvres douces mais puissantes, aux couleurs saisissantes, parfois fantasques, qui suggèrent un voyage émotionnel intense. Et pourtant, rien de moins exotique que les alentours de Pontoise, Louveciennes ou Eragny, que Pissarro s’est tant plu à peindre. Mais la façon dont l’artiste capte la lumière et retranscrit son effet sur le paysage laisse pantois. La campagne et ses vertes collines, des capitales et leurs artères grouillantes, mais aussi quelques ports dans la brume épaisse composent l’exposition. Le Havre – Pissarro On vogue de ville en ville, on saute de pont en pont. Jour de pluie, lever de soleil, chute de neige… Pissarro est un peintre de tous les fronts, toutes les contraintes et tous les décors. Son pinceau se joue des techniques, du pointillisme à l’impressionnisme le plus brut. Ses petites et délicates touches, tel un Seurat en devenir (dont il fut l’ami d’ailleurs) s’amuse aux côtés de ses épaisses brosses virevoltantes. Peinture sur le motif pour saisir l’instant, la couleur vivace, la lumière aveuglante, et l’atmosphère d’une étendue de verdure à perte de vue qui s’offre à vous ou d’une rue Montmartre en pleine ébullition un jour de fête nationale. Une sensation de calme et de tranquillité envahit les salles du Thyssen, comme un moment de volupté suspendu au-dessus de la capitale espagnole. Rue Saint Honoré l’après midi On se plonge aisément en cette fin de XIXème siècle au fil des tableaux, au point qu’en quittant le musée, la campagne et son odeur vous manquent… Un moment incroyable pour les amoureux de la peinture et les passionnés de la période impressionniste. L’oeuvre de Pissarro, souvent dans l’ombre de celle de Monet, est un véritable bonheur à découvrir et redécouvrir. Evasion et simplicité au rendez-vous. Jusqu’au 15 septembre au Thyssen.

comments icon Commenté 0 fois
0 commentaires
bookmark icon

Écrire un commentaire...