( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Valence raccourcit ses conditions de vente de logements et augmente ses prix et son activité

 -  -  47296


Malgré quelques retards concernant Madrid et Barcelone, la ville de Valence est en tête de la deuxième vague de capitales dans lesquelles la reprise du marché résidentiel est déjà un fait, à l’instar de villes telles que Palma de Majorque, Malaga, Alicante ou San Sebastien.(TINSA)

Les 10 capitales qui ont augmenté la valeur moyenne du logement au troisième trimestre de 2018

Le dernier rapport IMIE Local Markets, correspondant au troisième trimestre de l’année, montre que le prix moyen à Valence a augmenté de 12% par an, ce qui en fait la sixième capitale dans laquelle le logement est devenu plus cher par rapport à troisième trimestre de 2017 (voir classement en annexe). Depuis qu’il a atteint son minimum dans la crise au premier trimestre de 2015, la valeur moyenne du logement a augmenté de 20,5%.

Le dynamisme de la ville se reflète également dans le raccourcissement des conditions de vente moyennes. Il y a trois ans, au troisième trimestre de 2015, il a fallu plus d’un an, en particulier 14 mois, pour vendre une maison à Valence. Le dernier rapport trimestriel de Tinsa, cependant, réduit la durée moyenne de vente à 6,5 mois. C’est-à-dire quelque chose de moins de la moitié.

Le centre modère

Le marché est très actif, tant à la périphérie de la ville que dans les quartiers les plus consolidés. La région de Penya-Roja, à Camins al Grau, et Alfahuir, à Rascanya, sont parmi les plus dynamiques avec des augmentations annuelles à deux chiffres, tout comme les districts de Benimaclet, Campanar, El Pla del Real ou La Saïdia.

Il est intéressant de noter que Ciutat Vella fait partie des districts qui montrent une évolution plus faible. Les techniciens de Tinsa soulignent que dans cette zone du centre, l’intérêt des investisseurs et des particuliers s’est assoupli en raison de la paralysie de l’octroi de licences aux entreprises de location touristique par le conseil municipal. C’est aussi une région avec de très vieux terrains et bâtiments, qui nécessitent de lourds investissements en matière de réhabilitation.

Si les ventes et les prix évoluent à un rythme soutenu, il en va de même pour les nouveaux projets. Bien que les conditions d’octroi des licences soient excessivement longues, entre 12 et 18 mois, comme indiqué par le secteur des promoteurs, le nombre de projets à moyen et long terme est très important, tant pour les fonds que pour les promoteurs. Valencien Traditionnel

Des centaines de maisons dans de nouveaux projets

Comme on peut le constater à la foire Urbe (Foire de la Méditerranée), certains des principaux acteurs soutenus par des fonds ayant des projets en cours à Valence sont Momentum, Neinor Homes, Aedas, Avintia, Habitat et Aelca, qui travaillent à plus de huit grands projets de construction de plus de 100 maisons chacun, dans des zones éloignées du centre-ville. C’est un produit dont les prix vont de 1600 à 2900 € / m2. Le projet le plus important est le PAI Fuente San Luis, développé par le fonds Aquila Capital, qui prévoit la livraison de 1 300 logements dans un délai de trois ans.

Les promoteurs locaux valenciens optent pour des performances moindres et des prix plus bas, autour de 1 500 € / m2 en moyenne. Parmi les plus avancés, on trouve «Torres Urbem» à Malilla; «Tour résidentielle», à Patraix; le bâtiment Tárrega, dans le quartier de Safranar ou le bâtiment Saïdia, à San Antonio.

Au centre-ville, les nouveaux projets sont beaucoup plus limités. Le développement le plus remarquable est le Parque Central, qui profitera de la mise sous terre de la voie ferrée et qui a pour vocation de devenir un poumon pour la ville. En outre, il existe des projets isolés dans les zones consolidées de Ruzafa, avec des prix de départ avoisinant les 1 800 euros / m2 et à Mestalla, environ 3 300 euros / m2.

Source: TINSA

Newsletter

47 recommandation(s)
bookmark icon