( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Bruit, fuites et manque de place : la pandémie révèle les lacunes des logements espagnols

 -  -  17303


La qualité de vie des Espagnols souffre en 2020. (Idealista)

26/11/21

L‘indicateur multidimensionnel de qualité de vie (IMCV), publié par l’INE, confirme que les Espagnols ont vécu dans des conditions pires en 2020 par rapport aux années précédentes. La pandémie de coronavirus a marqué les principaux indicateurs, comme la baisse de l’espérance de vie due au covid-19, mais les indicateurs liés au logement s’aggravent également, comme la population qui souffre de problèmes de bruit (22%) ou qui réside dans des logements avec des déficiences (20 %) ou manque d’espace (7,6 %).

Selon les données de l’IMCV, la qualité de vie en Espagne a diminué en 2020 après avoir augmenté sans interruption depuis 2014, avec la fin de la crise précédente. L’indice a atteint 101,71 points l’année dernière, contre 102,06 points en 2019, le plus haut atteint jusqu’à présent.

Les dimensions Santé, Environnement et celles des Conditions matérielles de vie, qui incluent celles liées au logement, sont celles qui ont le plus souffert de l’impact de la pandémie de coronavirus qui a éclaté en 2020, et qui a produit une crise sanitaire. qui perdure avec la crise économique actuelle.

La baisse de l’espérance de vie due à la pandémie de covid-19 a été la principale cause de cette baisse, mais des indicateurs plus subjectifs se sont également aggravés, certains liés au logement et à ses environs.

Cet indice de qualité de vie de l’Institut national de la statistique (INE) est de nature expérimentale et est composé de neuf dimensions qui regroupent au total 55 indicateurs, qui proviennent de sources très différentes, « dont beaucoup ne proposent pas de données annuelles. Pour cette raison, seules six dimensions sont mises à jour annuellement, environ 34 indicateurs », précisent-ils auprès de l’agence.

Parmi ces conditions d’hygiène, d’environnement, d’environnement et de matériaux, l’habitation elle-même est introduite, mais aussi les conditions de l’environnement dans lequel elle se trouve (bruit, pollution, problèmes environnementaux, délinquance ou vandalisme, etc.).

L’un des indicateurs qui a le plus évolué au cours de la dernière année a été celui du pourcentage de la population qui souffre de problèmes de bruit produits par les voisins ou de l’extérieur, qui affecte 21,9% des habitants contre 14,1% qui a été enregistré dans 2019. Il s’agit des pires données enregistrées dans cette section depuis 2009.

D’autres problèmes sont liés à la structure de la maison, allant des fuites, des murs humides, des sols, des plafonds ou de la pourriture des sols, des cadres de fenêtres ou de portes, au fait d’avoir suffisamment d’espace ou d’avoir des problèmes de manque d’espace, et de ne pas pouvoir maintenir une température adéquate dans la maison.

Selon l’enquête, les ménages présentant certaines déficiences en matière de logement ont atteint 19,7 % de la population, augmentant de cinq points de pourcentage de plus qu’en 2019 et atteignant son pourcentage le plus élevé depuis 2010.

Le pourcentage de la population qui déclare ressentir un manque d’espace dans le logement est légèrement inférieur, jusqu’à 7,6 % en 2020, mais c’est plus de 2,5 points de pourcentage de plus qu’en 2019 et son pourcentage le plus élevé depuis la prise de références depuis 2008.

Le nombre de ménages qui doivent faire le plus d’efforts pour payer le logement est réduit

Mais tous les indicateurs ne sont pas négatifs dans l’année marquée par la pandémie. En 2020, le pourcentage de la population dont les dépenses de logement représentaient au moins 40 % du revenu disponible total des ménages a diminué, passant de 8,5 % en 2019 à 8,2 % l’an dernier. En fait, il continue de baisser d’année en année depuis le sommet atteint en 2014, lorsque 10,9 % de la population avait de sérieuses difficultés à payer son logement ou son loyer.

L’indicateur prend également en compte d’autres types de dépenses telles que l’assurance habitation, les dépenses de la communauté, la taxe foncière, les frais de ramassage des ordures et autres taxes municipales, les réparations régulières et l’entretien.

Population avec des dépenses élevées pour le logement en 2020
Ménages dans lesquels les dépenses totales de logement représentent une charge élevée (plus de 40 % du revenu disponible total du ménage)

Pourcentage de la population en Espagne qui doit consacrer plus de 40 % du revenu du ménage pour payer le logement + dépenses

Espagne : 8,2 %

Andalucía : 6%

Extremadura : 3,7%

Castilla – La Mancha: 6,9%

Región de Murcia : 4,9%

Comunidad de Madrid : 10,1%

Comunidad Valenciana : 10,6%

Islas Baleares : 10,3%

Cataluña : 10%

Aragón : 5,9%

La Rioja : 4,6%

Comunidad Foral de Navarra : 7,1%

País Vasco : 7,2%

Cantabria : 5,7%

Castilla y León : 4,3%

Principado de Asturias : 9,6%

Galicia : 5,3%

Canarias : 13,3%

En règle générale, on considère que le taux d’endettement d’une famille ne doit jamais dépasser 40 % de ses revenus. En fait, la plupart des banques appliquent un taux d’emprunt compris entre 30 et 35 %. L’un des facteurs ayant pu favoriser cette réduction du nombre de ménages surmenés dans les dépenses liées au logement est l’augmentation de la capacité des familles à épargner pendant la pandémie.

La baisse de la consommation des ménages a été plus prononcée que celle des revenus au pire de la pandémie, qui a également été soutenue par des mesures publiques visant à atténuer les effets de la pandémie, comme les ERTE ou la flexibilité lorsqu’il s’agit d’installer le télétravail à domicile. Même si, il faut le dire, comme l’a déjà souligné la Banque d’Espagne, “les ménages les plus riches sont ceux qui ont réussi à épargner le plus”.

Le marché résidentiel, selon le dernier rapport Idealista d’octobre, se termine avec une baisse de 7,1% en glissement annuel du prix de location en Espagne pour s’établir à 10,5 euros / m2, tandis que pour une partie de la maison d’occasion à vendre a enregistré un hausse de 3,7% sur un an, s’établissant à 1.816 euros/m2.

En revanche, les données sur la satisfaction générale du logement ne sont pas actualisées à 2020. La dernière édition a été reprise en 2018, atteignant une satisfaction moyenne de 7,3 points. A cette occasion, 48,1 % de la population a exprimé un niveau de satisfaction du logement de 7 à 8 points (avec un maximum de 10). Un autre 23,8% lui a donné la meilleure note, entre 9 et 10. 21,8% lui ont donné une note de passage, de 5 à 6 points, tandis que « seulement » 6,2% de la population a suspendu le type de ménage dans lequel ils résidaient (de 0 à 4 points).

La Navarre, la Rioja et l’Aragon avaient la meilleure qualité de vie en 2020

Dans les résultats généraux de l’enquête menée par les communautés autonomes, la Navarre, La Rioja et l’Aragon présentent les niveaux de qualité de vie les plus élevés. Au contraire, l’Andalousie, les îles Canaries et Murcie présentaient les pires pourcentages.

Indicateurs de qualité et conditions de vie liés au logement
Pourcentage de la population résidant dans des ménages présentant ces caractéristiques (%)

En résumé, le Pays Basque s’est distingué dans les indicateurs de conditions matérielles de vie, de travail et d’éducation ; La Navarre a obtenu les meilleurs pourcentages en matière de santé, d’environnement et d’environnement, tandis que la Cantabrie a obtenu les meilleurs pourcentages en matière de loisirs et de relations sociales et de sécurité physique et personnelle. Enfin, les îles Baléares l’ont fait en matière de gouvernance et de droits fondamentaux et d’expérience de vie en général.

Dans les domaines liés au logement, la tendance générale se maintient dans la plupart d’entre eux. Dans l’indicateur des problèmes de bruit produits par les voisins ou de l’étranger, les pourcentages les plus élevés étaient à Ceuta (34,1%), Murcie (33,6%), Canarias (30,4%) et Melilla (30%), se détériorant de plus de 15 points de pourcentage en les trois cas. Alors que l’Estrémadure (11,5%), Castilla-La Mancha (12,3%) et Castilla y León (12,9%) ont les chiffres de pollution sonore les plus bas. En effet, deux régions comme les îles Baléares et le Pays basque, qui affichaient les pourcentages les plus élevés en 2019, ont réduit la population affectée par le bruit en 2020.

Concernant les carences en logement, les noms des régions autonomes sont répétés, mais dans un ordre différent Ceuta (35%), Canarias (33,1%) et Murcie (26,3%). La population qui se plaignait le moins de ces problèmes à la maison a été détectée à La Rioja (4,3 %), en Aragon (13 %) et à Madrid (13,5 %). Une fois encore, Ceuta et les îles Canaries ont vu leurs problèmes s’aggraver entre 2019 et 2020 de plus de 15 points de pourcentage, accompagnés de la Galice. Comme dans le cas précédent, La Rioja et les Asturies ont vu leurs pourcentages s’améliorer, réduisant les cas de problèmes de logement ou, du moins, la perception subjective de la population.

Le manque d’espace en logements par région se démarque encore une fois à Melilla (28,7%), Ceuta (17,8%) et les îles Canaries (14,3%), mais ils présentent également des pourcentages à deux chiffres en Catalogne et à Madrid (tous deux avec 11,9% de la population) ou à Murcie (10,3 %). Dans ce cas, les augmentations annuelles à Madrid ou en Catalogne (5,8 et 4,6 points de pourcentage, respectivement) ressortent, seulement derrière Melilla (8 pp) et Murcie (6 pp). Jusqu’à huit autonomies ont enregistré moins de données sur la surpopulation des ménages en 2020.

Enfin, les régions qui ont atteint les pourcentages les plus élevés de population qui prétendent assumer des dépenses élevées pour le logement sont les Canaries (13,3%), Melilla (13,2%), Ceuta (11,9%), Comunitat Valenciana (10, 6%), les îles Baléares ( 10,3%), Madrid (10,1%) et Catalogne (10%). Les pourcentages les plus faibles d’un taux d’effort plus élevé ont été enregistrés en Estrémadure (3,7 %), Castilla y León (4,3 %), La Rioja (4,6 %) et Murcie (4,9 %).

En fait, le pourcentage de la population qui affirme que les dépenses de logement représentaient au moins 40 % du revenu disponible total des ménages a été réduit dans neuf régions autonomes, en particulier à Madrid, en Andalousie et en Estrémadure, mais a augmenté dans la Communauté de Valence, les Canaries et l’Aragon. .

Marché du logement à vendre et à louer
Prix ​​et évolution sur un an (%) en octobre 2020. Rapport de prix Idealista

Les prix des logements à vendre par autonomie ont laissé une augmentation majoritaire, avec des augmentations dans 15 régions, en tête l’Andalousie (8%), les îles Baléares (6,6%), la Communauté de Valence (5,5%) et les îles Canaries (5, 3 %). Au-dessous de l’augmentation de 5% se trouvaient l’Estrémadure (4,4%), Madrid (4,3%) et La Rioja (4%), et avec des augmentations plus douces suivies de Castilla-La Mancha (2,1%), Murcie (1,9%), Cantabrie (1,7%). ), Castilla y León (1,3%), Catalogne (1,1%), Pays Basque (0,7%) ou Navarre (0,3%)

En Galice, les prix sont restés stables au cours de l’année dernière, alors qu’ils ont baissé dans les Asturies (-1,7%) et en Aragon (-3,2%).

Les Baléares avec 3.260 euros/m2 sont l’autonomie la plus chère d’Espagne, suivies de la Communauté de Madrid (2.917 euros/m2). A l’opposé du tableau, on trouve Castilla-La Mancha (872 euros/m2), Estrémadure (949 euros/m2) et Murcie (1.068 euros/m2) comme les communautés les moins chères.

Du côté des locations, les revenus moyens ont baissé dans six régions autonomes au cours de la dernière année. La Catalogne (-6,6%) et la Communauté de Madrid (-6,2%) sont en tête des baisses de prix, suivies des îles Baléares (-1,8%), de l’Andalousie (-1,2%), de la Communauté valencienne (-1,1%) et de Castilla y Léon (-0,7%).

Mais dans le reste, il y a eu des augmentations, menées par la Cantabrie (4,8%), la Galice (4,2%), l’Estrémadure (3,8%), la Navarre (3,4%) et Castilla-La Mancha (3,2%). Ils sont passés en dessous de 3 % dans les Asturies (2,4 %), la Région de Murcie (1,9 %), les Canaries (1,6 %), l’Euskadi (0,8 %), l’Aragon (0,4 %) et La Rioja (0,1 %).

La Communauté de Madrid (13,8 euros/m2) est la région la plus chère, suivie de la Catalogne (13,5 euros/m2), du Pays basque (12,4 euros/m2) et des Baléares (11,8 euros/m2). A l’opposé du tableau, on trouve l’Estrémadure (5,5 euros/m2) et Castilla-La Mancha (5,8 euros/m2) qui sont les communes les moins chères.

Source : David Marrero, Idealista 

Source photo : Pexels-mariaorlova

Source données : Instituto Nacional de Estadística (INE) / Idealista

 

 

 

 

Newsletter

17 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter