( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Bruxelles enjoint l’Espagne à constituer un « gouvernement stable » pour réduire sa dette écrasante

 -  -  54648


La Commission Européenne alerte sur les risques encourus si les règles de l’UE ne sont pas respectées alors que Madrid présente un plan budgétaire qui ne prévoit aucune nouveauté politique pour 2020.

Alors que Madrid a présenté le premier jet de son plan budgétaire 2020 qui ne contient aucune nouvelle mesure, la Commission alerte l’Espagne sur les « risques encourus si Madrid refuse catégoriquement de se soumettre au pacte de stabilité et de croissance. »

Pierre Moscovici, le commissaire européen aux affaires économiques et financières, a demandé à l’Espagne de voter un budget en y introduisant les réformes nécessaires permettant de résoudre les problèmes qui persistent, comme le déficit structurel et le niveau élevé de la dette.

Pierre Moscovici s’est exprimé à ce sujet  lors de son évaluation annuelle des budgets nationaux de la zone euro, connue sous le nom de « paquet budgétaire d’automne ».  Il a souligné le fait que « l’Espagne, le Portugal et la Belgique ont présenté des plans budgétaires basés sur des politiques identiques à l’année dernière ; leurs nouveaux gouvernements doivent voter un budget à jour aussi vite que possible. » La France, l’Italie, la Slovénie, la Slovaquie et la Finlande courent aussi le risque de se retrouver dans cette situation.

Valdis Dombrovskis, le vice-président de la Commission, a été particulièrement sévère dans son évaluation de la Belgique, de la France, de l’Espagne et de l’Italie, des pays écrasés par leur dette publique mais qui regrette-il, proposent peu de stratégies pour ne pas la creuser d’avantage .

L’UE demande à l’Espagne de réduire son déficit structurel – qui ne dépend pas des changements induits pas les cycles économiques – et d’employer toutes les mesures transitoires, comme les taux d’intérêt ou l’augmentation d’impôts, pour réduire le poids de la dette.

L’impasse politique dure depuis plusieurs mois en Espagne et malgré le vote du 10 novembre dernier, les affaires courantes du pays sont toujours gérées par un gouvernement intérimaire qui peine à former un nouveau gouvernement stable et durable.

L a u r e n c e    L e m o i n e

Valencia Expat Services

Barcelona Expat Services

Newsletter

54 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter