( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Comment la crise du coronavirus affecte la signature d’un prêt hypothécaire et quelles sont les alternatives

 -  -  40861


La vente de logements et la formalisation des hypothèques font partie des activités touchées par la crise du coronavirus. Au milieu de la quarantaine forcée, toutes les signatures devant notaire qui ne sont pas considérées comme urgentes sont retardées. (idealista/news)

Dans le cas où le consommateur a déjà choisi la banque qui signera le prêt pour financer l’achat de la maison et qu’il a l’approbation ferme de l’entité, la dernière étape consiste à sceller les opérations devant un notaire.

Le principal problème est que la loi sur les hypothèques entrée en vigueur en juin de l’année dernière oblige le consommateur à se rendre chez le notaire de son choix pour examiner les conditions du contrat (par exemple, les dossiers FEIN et FIAE) et résoudre les éventuels doutes. Un rendez-vous qui doit être pris en personne et dans lequel le notaire doit signer un document pour montrer que le futur créancier hypothécaire comprend le contenu et les caractéristiques du prêt. Il est nécessaire de disposer du procès-verbal pour pouvoir signer ultérieurement l’acte d’hypothèque et conclure l’achat.

Dans la situation actuelle, seuls les actes considérés comme urgents sont autorisés. Cette circonstance doit être invoquée auprès du notaire et, au cas où l’urgence est appréciée par le notaire et la signature acceptée, les clients signeront sous leur propre responsabilité, ce qui sera reflété dans le texte de l’acte.

“Cela signifie qu’à la demande du client, en alléguant l’urgence et en assumant la responsabilité de la signature, les opérations peuvent être formalisées”, résume de idealista/hipotecas.

Toutefois, il est également important de connaître la situation particulière du vendeur. Il est possible que le vendeur soit une personne âgée, qu’il fasse partie d’un groupe considéré comme à risque (par exemple, qu’il soit atteint d’une maladie) ou simplement qu’il s’agisse d’un couple avec enfants et que les deux ne puissent pas quitter la maison en même temps pour signer. Dans ces cas, il est logique que le vendeur veuille retarder la signature.

Dans tous les cas, et surtout pour ceux qui ont signé un Contrat d’Arrhes et que celui-ci a une date d’expiration prochaine, il est recommandé de ne pas attendre trop longtemps. Pour éviter les surprises, vous pouvez déjà convenir avec les vendeurs d’une prolongation de la date d’expiration afin d’avoir plus de temps pour formaliser la transaction ou essayer de faire en sorte que le vendeur donne une procuration à quelqu’un d’autre pour signer en votre nom.


Source et suite : idealista/news

Newsletter

40 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter