( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

De Badi à Spotahome: l’immobilier sans actif fait son entrée dans l’immobilier

 -  -  29457


Badi a levé 40 millions d’euros depuis sa fondation; Housfy a généré un chiffre d’affaires de 250 millions d’euros en 2018; Spotahome s’impose avec ses signatures galactiques, et Tinsa se réinvente pour incorporer la technologie dans les évaluations. (EjePrime)

Fotocasa et Idealista ont été les précurseurs. Ils sont allés sur le marché alors que le concept de proptech n’existait même pas et ont changé la façon de comprendre le secteur. Aujourd’hui, la technologie est une valeur essentielle dans l’immobilier et les start-ups gagnent en poids jusqu’à attirer l’attention des fonds et des grandes entreprises du secteur.

Badi a débuté en 2015 en réponse à la difficulté d’accès au logement des jeunes. Le fondateur, Carlos Pierre – Primo d’Óscar Pierre, fondateur de Glovo – a défini sa création comme un système entre Airbnb et Tinder, associé à Wallapop. En bref: une application qui permet à quiconque de publier, de rechercher et de réserver des salles.

Depuis sa création, la start-up a collecté 45 millions de dollars (40,4 millions d’euros). La société a pour objectif de “transformer le marché immobilier” et, pour cela, cherche à conclure des accords avec de grandes entreprises du secteur.

Cette année, Badi et le consultant Savills Aguirre Newman se sont associés pour mener la première étude sur la rentabilité de la location de logements en Espagne. De plus, la société Carlos Pierre a également conclu un accord avec un fonds pour réaliser un essai pilote de vingt appartements, qui sera loué à travers l’application pendant un an.

Housfy; la société catalane proptech est fondée par Albert Bosch, Miquel A. Mora et Carlos Blanco, a vendu 1.010 logements en 2018 et fait partie du top 5 des agences immobilières espagnoles. Au total, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 250 millions d’euros.

Récemment, la plate-forme technologique a clôturé un cycle de financement de six millions d’euros pour renforcer son expansion internationale. “Nous voulons nous ouvrir à d’autres pays tels que le Portugal ou la France et étendre notre présence en Italie”, a déclaré le directeur général de la société, Albert Bosch, à EjePrime.

Spotahome, quant à lui, est né fin 2013 en tant que service permettant de louer une maison sans avoir à signer de contrat en face à face. En juin de l’année dernière, la société a recueilli 40 millions de dollars (34 millions d’euros) lors d’un tour de financement dirigé par le fonds de capital-risque Kleiner Perkins. Cette opération était la première de cette société basée dans la Silicon Valley sur le marché espagnol.

Depuis lors, la société fondée par Alejandro Artacho de Malaga n’a cessé de se développer. Spotahome a fait une percée dans le secteur et a attiré l’attention des grandes entreprises avec leurs signatures galactiques. Cleo Sham, d’Uber, et Ángel Azcárragay Balaji Nageswaran, d’Amazon, sont quelques-uns des ajouts récents à la société.

La start-up a renouvelé son équipe de direction afin de poursuivre son expansion dans toute l’Europe. Tinsa Digital répond à un modèle totalement différent.

En juillet, la société d’évaluation a créé Radar, un outil de big data immobilier contenant des informations sur la valeur de marché depuis 2009. «Radar démocratise l’accès au big data et aux indicateurs du marché immobilier afin de permettre à tout utilisateur de disposer de la informations plus précises disponibles », déclare Jorge Valero, directeur de Tinsa Digital.

Source et suite: EjePrime

Newsletter

29 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter