( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Découvrez comment les locations ont évolué depuis 2014 dans les principales villes d’Espagne

 -  -  44648


Depuis la fin du pire de la crise économique qui a dévasté le marché immobilier entre 2008 et 2013, le marché de la location de logements a connu une augmentation progressive des prix de location, bien qu’à un rythme différent selon les villes analysées.

Au cours des cinq dernières années, 2014-2019, le prix des logements locatifs dans les 52 capitales provinciales a augmenté en moyenne de 27,6 %, selon les données de fin 2019 préparées par idealista/data.

Palma, Malaga et Valence en tête des augmentations les plus importantes

Près de la moitié des villes (24) ont vu leurs loyers augmenter de plus de 30 % depuis que l’Espagne a commencé à sortir des pires années de la crise économique. Palma (51,5%), Malaga (49,8%) et Valence (49,5%) sont en tête des augmentations des cinq dernières années pour rester à 11,9 euros/m2 ; 10,4 euros/m2 et 9 euros/m2, respectivement.

Barcelone et Madrid continuent d’être les villes les plus chères à la location, avec des loyers de 16,5 euros/m2 et 16,1 euros/m2 en 2019, ce qui signifie qu’elles ont augmenté de 38,9 % et 42,2 % respectivement au cours des cinq dernières années, atteignant des sommets historiques sur le marché de la location. Elle complète le podium des capitales les plus chères de Saint-Sébastien (14,7 euros/m2) après avoir connu une croissance de 22,8 % depuis 2014, et clôturé l’année par un nouveau record de loyers.

Parmi ces grandes capitales mentionnées, Castellón de la Plana est “tendue”, avec une augmentation de 42,8 % des baux depuis 2014, principalement en raison de la hausse de 16,4 % enregistrée l’année dernière, la plus importante d’Espagne parmi les capitales provinciales. Fin 2019, il a atteint son nouveau maximum de 6,4 euros/m2, toujours inférieur au prix moyen des logements à louer en Espagne (10,4 euros/m2).

A cela, il faut ajouter les 10 capitales ayant connu les plus fortes hausses de loyers sur la période 2014-2019 : Pampelune (38,6 %), Séville (37,9 %), Gérone (37,5 %) et Alicante (36,9 %). Dans d’autres grandes villes où le leasing a un poids important, les augmentations ont également dépassé 30 %, comme à Murcie (34,7 %), Saragosse (33,2 %) et Las Palmas de Gran Canaria (32,9 %).

Bilbao est la ville, parmi les dix capitales les plus peuplées du pays, qui a connu la plus faible augmentation des loyers. Au cours de ces cinq années, le loyer a augmenté de 17,5% et a fini en 2019 avec 12,5 euros/m2. La quatrième ville la plus chère, s’égalisé avec les revenus les plus élevés donnés en 2011.

En bas du tableau, les plus faibles augmentations des prix de location au cours des cinq dernières années ont été enregistrées à Melilla (2,7 %), Ciudad Real (6,8 %), Jaen (8,8 %) et Ceuta (9,9 %). En fait, dans la ville autonome de Melilla, les prix ont baissé pendant deux années consécutives.

De l’augmentation à deux chiffres à la normalisation actuelle

Les grandes villes ont connu leur plus forte augmentation de prix au cours des cinq dernières années, entre 2016 et 2018, en pensant toujours que chaque ville a sa propre évolution.

Barcelone a été la première ville à connaître des augmentations à deux chiffres, soit exactement 12,7 % en 2015, ouvrant la voie à des augmentations en 2016 dans d’autres capitales comme Palma (21,7 %), Alicante (10,6 %), Malaga (9,7 %), Valence (9,1 %) et Madrid (9 %).

Cependant, c’est en 2017 que ces grandes villes ont connu la plus forte augmentation des loyers, dépassant les deux chiffres à Las Palmas de Gran Canaria (16,7%), Santa Cruz de Tenerife (15,7%), Malaga (15,4%), Palma (14,6%), Valence (12,1%) et Séville (10,3%).

2018 a été pour beaucoup d’entre eux une année de normalisation, avec des augmentations plus faibles. En fait, Barcelone a enregistré une baisse de 2,8 %, ce qui correspond à ce que l’on attendait du marché face à l’autorégulation des prix. Toutes les villes mentionnées ci-dessus ont réduit leur croissance : Las Palmas de Gran Canaria (6,1%), Malaga (7,2%), Palma (3,7%), Valence (9,7%), Séville (8,5%) ou Madrid (7,2%).

Mais en 2019, Barcelone est redevenue positive (1,9 %) alors que tout semblait à nouveau en baisse, tandis que Las Palmas de G.C. (0,2%) ou S/C Cruz de Tenerife (0,3%), à peine déplacée. Palma (1,3%), Saint-Sébastien (2,4%), Madrid (4,4%), Séville (6%), Valence (7,3%) ont enregistré les plus faibles augmentations au cours des cinq dernières années.

Mais d’autres villes, telles que Castellón (16,7 %), Pampelune (10,4 %), Gérone (11,5 %) ou Murcie (10,3 %) déjà mentionnées, ont connu des augmentations à deux chiffres.

L’évolution du marché a été positive, mais avec une plus grande hétérogénéité des prix. De nouveaux facteurs, tels que l’incertitude économique générée par l’allusion à un changement de cycle, ainsi que l’incertitude politique après avoir été en fonction presque toute l’année, ont ajouté au problème toujours présent de la location, compte tenu du manque d’appartements sur le marché locatif face à la demande croissante.

 

Source et suite : Idealista News 

Newsletter

44 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter