( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Des changements sont à venir pour le bailleur professionnel: Hacienda exige qu’il ait un employé exclusif

 -  -  4371693


Les locations gérées comme une activité économique doivent avoir un salarié, avec un contrat de travail à temps plein et qui travaille exclusivement. (Idealista News)

GtresGtrescommentairesAuteur:Rédaction 23 février 2021, 8:18Dans notre pays, il y a des propriétaires qui gèrent la location de biens immobiliers comme une activité économique, pour éviter que le profit tiré des baux soit imposé comme revenu du capital immobilier dans leur déclaration de revenus et, en plus, pour pouvoir déduire un plus grand nombre de dépenses. Mais la loi relative à l’impôt sur le revenu des particuliers impose, à ce jour, certaines conditions pour bénéficier de ces avantages fiscaux, comme avoir un employé avec un contrat de travail à temps plein. Cependant, à présent, la Direction générale des impôts exige que ledit travailleur, en plus, ne fasse pas la lune, c’est-à-dire qu’il travaille exclusivement pour des «propriétaires professionnels».

José María Salcedo, socio del despacho Ático Jurídico, afirma que esta interpretación de Tributos es muy polémica, ya que dificulta en gran medida que el arrendador profesional pueda cumplir con este requisito, al entender que no se consideraría cumplido si la “persona empleada” tiene autre travail.

Nous rappelons que l’article 27 de la loi relative à l’impôt sur le revenu des personnes physiques dispose qu ’« il sera entendu que la location de biens immobiliers n’est effectuée en tant qu’activité économique que si au moins une personne employée sous contrat est utilisée pour l’organiser. Travail à plein temps ».

Du bureau d’Ático Jurídico Salcedo Abogados, ils soulignent que «le contribuable est généralement intéressé par la gestion de ses baux en tant qu’activité économique. D’une part, vous disposerez de plus de facilités pour déduire les dépenses inhérentes auxdites locations. D’autre part, il ouvre la possibilité de bénéficier d’exonérations de l’Impôt sur la Fortune et de primes de l’Impôt sur les Successions et les Donations ».

Voyons exactement quels sont les avantages fiscaux:

En impôt sur le revenu des particuliers: la location de biens immobiliers est considérée comme une activité économique, avec laquelle le contribuable a accès à des dépenses plus déductibles pour les rendements du capital immobilier.
Dans l’impôt sur la fortune: il est possible de bénéficier d’une exonération si les actions d’une société dont les actifs sont principalement immobiliers sont déclarées et celles-ci sont soumises à l’exercice d’une activité économique. Et comme nous l’avons déjà dit, pour considérer le crédit-bail immobilier comme une activité économique, il est nécessaire d’avoir une personne employée avec un contrat de travail à temps plein.
Dans l’impôt sur les successions et les dons: il y a des réductions au niveau de l’État si l’exonération de l’impôt sur la fortune est appréciée, en référence à l’exigence d’une personne embauchée dans la loi sur l’impôt sur le revenu des particuliers.

En matière d’impôt sur les sociétés: l’article 5.1 de la loi 27/2014 prévoit que «Dans le cas du crédit-bail immobilier, il sera entendu qu’il y a activité économique, uniquement lorsqu’au moins une personne employée avec un contrat de travail est utilisée pour sa gestion et à plein temps . ” Dans l’affirmative, ils peuvent bénéficier d’une réduction sur la taxe de 85% à appliquer sur la partie du quota total correspondant aux revenus provenant de la location de logements.
Cependant, Salcedo assure que l’interprétation faite par la Direction générale des impôts sur l’article 27 de la loi relative à l’impôt sur le revenu des personnes physiques est très controversée. A aucun moment la loi n’établit que l’embauche d’une personne doit être exclusive, c’est-à-dire qu’elle ne peut pas travailler ailleurs.

En fait, l’avocat se fonde sur le fait que l’exigence d’un salarié, avec un contrat de travail, et à plein temps, doit être analysée selon la réglementation du travail. Et cela inclut les chiffres du moonlighting et des activités multiples (article 7.4 du décret royal 84/1996).

“Par conséquent, un travailleur peut travailler deux jours entiers, à condition qu’il le fasse pour différents employeurs”, explique Salcedo. Et il ajoute qu’il s’agit d’une résolution fiscale à prendre en compte pour “être prévenu que l’embauche en tant que” salarié “d’une personne qui a déjà un autre emploi ou activité pourrait poser des problèmes au Trésor.” Mais la décision qu’il s’agit d’une interprétation juridiquement hautement discutable.

Source et suite Idealista News

Newsletter

437 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter