( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

“Il est possible de se faire représenter légalement à toutes les étapes de la création de son entreprise en Espagne”

 -  -  4192548


Mathias Vazquez est un entrepreneur hispano-français au services des francophones qui souhaitent développer leurs activités sur la péninsule. Il a crée pour cela Monentreprise.es, un service All inclusive permettant de se concentrer sur son activité, et non les détails administratif de sa boite. Rencontre.

Vous proposez de la gestion clé en main et en français, vous pouvez nous en dire plus?

Nous avons deux buts principaux avec la création de monentreprise.es. La première est d’avoir accès à une source francophone de toutes les informations et aides au développement pour les entrepreneurs qui souhaitent développer leur activité en Espagne.

La deuxième est de les accompagner de la manière la plus digitale possible. On propose comme services : création de structures juridiques (entreprises et indépendants), aides au financement local et européen, au coaching pour entrepreneurs/startups et services fiscaux, comptables et juridiques.

On a récemment commencé une collaboration avec un cabinet d’avocat. Notre vocation est de proposer les services principaux qui rentrent dans le cadre de la création et gestion d’entreprise afin que nos clients soient entièrement guidés puis informés afin de débuter leurs activités sereinement. Une solution complète qui se veut être la plus digitale possible.

Donc un français peut, depuis la France, créer intégralement son entreprise en Espagne à distance ? Et pour l’ouverture de compte ?

C’est possible. Il est possible d’acheter des entreprises déjà constituées et cela simplifie les processus pour débuter son activité. Pour les nouvelles entreprises, concernant l’ouverture d’un compte en Espagne, il faut généralement qu’au moins un des associés ait fait vérifier son identité auprès de la banque, sinon les délais peuvent prendre un certain temps si on n’est pas sur place.

L’Espagne a peur du blanchiment d’argent et est donc très regardante sur qui ouvre son entreprise en Espagne et pour faire quoi. Néanmoins, il est effectivement possible de se faire représenter légalement à toutes les étapes de la création de son entreprise.

Quelles sont pour vous les plus grosses lacunes des services dans ce secteur en Espagne par rapport à d’autres pays ?

Il y a trois étapes dans le cadre de la création d’une entreprise en Espagne qui peuvent poser problèmes en raison des délais selon le dossier.

-L’obtention d’un NIE/NIF par exemple peut prendre un certain temps en raison du nombre insuffisant de rendez-vous disponibles pour l’obtenir.

-L’ouverture d’un compte en banque peut également être retardé s’il s’agit de la première fois qu’un des associés ouvre un compte en banque en Espagne pour l’entreprise, et souhaite faire un apport monétaire du capital social. En effet, certaines banques cherchent à rencontrer en personne les associés d’une nouvelle entreprise. La digitalisation de l’ouverture d’un compte en banque d’entreprise devrait être également une priorité. On trouve certaines solutions mais elles sont encore limitées. Certaines néo-banques tentent de pénétrer par ailleurs actuellement ce marché.

-Le manque d’information pour les créateurs d’entreprise dans le cadre de la gestion comptable et de leurs obligations fiscales en Espagne. Il est que trop important que ces derniers sachent comment le système fiscal espagnol fonctionne ainsi que les systèmes de sécurité sociale et d’engagement de personnel afin de pouvoir avoir une projection financière fiable.L’Espagne joue également sur une économie très axée sur le relationnel, cela peut freiner à certains moments des processus de digitalisation de certaines institutions.

Pensez-vous que des démarches physiques officielle comme devoir aller chez le notaire, pour créer une boîte vont être bientôt supprimées?

C’est une très bonne question ! Le notaire légalise la création de l’entreprise et agit comme un superviseur que tout est en ordre. Peut-être dans un futur proche, les notaires seront digitaux et des systèmes seront mis en place afin de faciliter ce processus. L’avenir nous le dira. Néanmoins, les notaires espagnols sont très réactifs et il est possible d’obtenir des rendez-vous très rapidement.

Un entrepreneur francophone peut-il se passer d’un “asesor” et tout faire lui-même? De combien d’heures par mois parle-t-on dans ce cas en moyenne?

Oui et non. Si l’entrepreneur francophone souhaite lui-même gérer sa fiscalité et comptabilité il devra prendre le temps d’apprendre comment tout fonctionne au début. Le risque ? De remplir incorrectement les différents modèles de liquidations/informatifs ou d’oublier d’en envoyer. Les amendes d’Hacienda sont assez salées.

Si on souhaite tout faire soi-même, il faut se faire bien conseiller au début par la/les bonne(s) personne(s). Si on parle d’une création d’entreprise il y a d’autres obligations comme la remise des comptes annuels etc. Le problème peut être dans la perte de temps de tous ces processus.

L’entrepreneur doit faire un calcul intelligent de son temps et voir si cela en vaut la peine.

Le premier « focus » d’un entrepreneur devrait être le développement de son activité et de son portefeuille clients et non de devoir gérer sa comptabilité et faire ses déclarations tout seul.

Néanmoins, je recommande à tout entrepreneur qui même souhaitant tout déléguer à un cabinet de conseil ou comptable de se renseigner pour avoir en tête les différents fonctionnements fiscaux et sociaux afin de l’aider dans sa prévisualisation de « cash-flow » et également afin d’avoir un deuxième œil sur tout ce qui se passe.

Il devrait être dans la supervision et la projection et non dans l’action.

Le Covid a-t-il rendu plus efficaces, plus digitaux, les services étatiques?

De mon point de vue, il y a eu peu d’amélioration sur les différentes plateformes digitales que proposent l’Espagne suite au Covid. Néanmoins, ils ont pu mettre en place rapidement les différentes aides en ligne. Ce qui est dommage c’est de voir de nombreux indépendants ou entreprises se rendre compte que maintenant qu’il y avait des aides pour eux. La digitalisation est déjà une chose mais la communication en est une autre.

Quelles sont les plus grandes différences avec la France pour une création d’entreprise?

La création d’une entreprise en Espagne par rapport à la France est considérée comme généralement plus longue et plus coûteuse et le capital social d’une SL est de minimum 3000 euros en Espagne contrairement à la France où on peut créer certaines entreprises similaires avec un capital libre. Néanmoins en termes d’imposition et de sécurité sociale l’Espagne est considérée comme « moins chère ». monentreprise.es se positionne sur le marché afin de pouvoir aider les créateurs d’entreprises francophones à créer leur structure en 48 heures.

Plus d’info: www.monentreprise.es

 

Par P.C, LCE

Newsletter

419 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter