( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

La construction de 600.000 m2 de bureaux, en stand by à cause du coronavirus

 -  -  25546


Les prévisions du secteur indiquaient que le marché des espaces de travail à Madrid et à Barcelone connaîtrait un boom de nouveaux projets en 2022, prévisions que la crise sanitaire a mises en stand by. (EjePrime)

Les nouveaux projets de bureaux, partis en fumée à cause du coronavirus. Les prévisions du secteur indiquaient que les marchés de bureaux de Madrid et de Barcelone gagneraient respectivement 290.000 et 278.000 mètres carrés jusqu’en 2021 et qu’en 2022, ils connaîtraient un boom de nouveaux projets qui leur permettraient d’augmenter leur offre de 260.000 mètres carrés dans la capitale espagnole et de 400.000 mètres carrés à Barcelone. Ces chiffres ont été mis en quarantaine par la crise sanitaire.

La crise de confiance provoquée par la pandémie a ralenti les plans d’expansion de nombreuses entreprises et a gelé la demande d’espaces de travail, ce qui va amener les promoteurs de nouveaux projets de bureaux à décider d’attendre de voir la capacité des entreprises à occuper les bâtiments dont la construction s’achèvera entre 2020 et 2021, dont beaucoup sont déjà préloués.

“Tout dépendra de ce qui se passera avec le stock généré entre cette année et l’année prochaine”, a déclaré Ignacio Sobrino, responsable des bureaux de la société de conseil JLL. “Les acteurs du marché sont dans une situation de wait and see”, ajoute le responsable. En ce sens, les projets dont la livraison était prévue pour 2020 et 2021 ont déjà les travaux avancés, ce qui évite de retarder leur achèvement.

Jusqu’à 150.000 mètres carrés de nouveaux bureaux pourraient être retardés à Barcelone par le coronavirus

Le directeur de l’agence de l’espace commercial de Cushman&Wakefield, Javier Bernades, explique que ce n’est qu’à Barcelone “qu’il peut y avoir entre 100.000 et 150.000 mètres carrés qui seront retardés” en raison du manque de licences, de la stratégie des promoteurs ou du manque de financement.


Source et suite : EjePrime

Newsletter

25 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter