( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

La crise provoquée par la pandémie entraîne une dépréciation des locaux commerciaux

 -  -  52370


Le prix des actifs peut se dévaluer jusqu’à 20%, selon la société de conseil Laborde Marcet, qui assure que la chute du marché boursier a augmenté l’intérêt des investissements dans le real estate. (EjePrime)

Le prix des biens immobiliers peut baisser de 20 %. C’est ce qu’assure le co-fondateur de la société de conseil Laborde Marcet, Miquel Laborde, dans des déclarations à Expansión. Ainsi, lorsque l’état d’alerte est passé, on prévoit “une normalisation des prix, qui pourrait atteindre 20%”.

Malgré le fait que “la situation sur le marché immobilier est très critique”, le directeur assure que “lorsque l’état d’alerte sera passé, il y aura beaucoup de mouvement”. En ce sens, la chute des marchés boursiers accroît l’intérêt des investisseurs pour le secteur immobilier.

En tout état de cause, sur le marché immobilier, seules les opérations d’investissement qui étaient déjà bien avancées avant le confinement se poursuivent, et aucune nouvelle opération n’est engagée.


Source et suite : EjePrime

Newsletter

52 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter