( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

La déferlante de locaux commerciaux vides due au covid-19 relance leur reconversion en logements

 -  -  1251000


La pandémie de coronavirus a provoqué une crise économique qui a fini par affecter le tissu économique espagnol, composé essentiellement de PME. (idealista/news)

Le commerce est l’un des secteurs les plus touchés et les experts affirment qu’après le covid-19, 40 % des locaux commerciaux pourraient être vides, selon les chiffres de Brickbro.

Le PDG de l’entreprise, Guillermo Preckler, a expliqué que ces dernières semaines, un changement de tendance s’est déjà produit à cet égard. “La situation oblige de nombreuses entreprises à directement fermer boutique”, dit-il.

Dans ce scénario, les entreprises qui se consacrent à la conversion de ces espaces en logements ont déjà commencé à donner des chiffres. La réalité est que ce business génère des rendements qui, dans certains cas, atteignent des chiffres de 100 % et 200 %, bien que les procédures bureaucratiques – 18 mois à Madrid – effraient de nombreux investisseurs.

Jon Goitia fait partie de ceux qui se penchent déjà sur le marché des locaux commerciaux vides, même s’il reconnaît que c’est quelque chose qu’il a toujours fait, et pas seulement maintenant que la pandémie risque d’augmenter le nombre d’espaces sans locataires. Ce professionnel du secteur a trouvé un modèle commercial très rentable qui a décollé il y a quelques années. Goitia agit en tant qu’architecte, promoteur et/ou constructeur, selon le projet. “Je suis entré dans ce monde après de nombreuses années – il a créé sa société Goitorre S.L. en 2003 – en achetant des maisons, en les réaménageant puis en les vendant. Je me suis rendu compte qu’il y avait beaucoup de concurrence parce qu’il y avait peu de barrières à l’entrée… Tout le monde le faisait”, explique-t-il à idealista/news.

Compte tenu des marges très serrées que laisse cette activité, Goitia a décidé de regarder l’horizon du secteur immobilier pour trouver une niche de marché inexploitée. C’est alors qu’il a découvert la conversion de locaux commerciaux en logements. Après la crise économique de 2008, non seulement les prix des logements ont baissé, mais aussi ceux des espaces tertiaires. Vous pouviez les acheter à bas prix, mais presque personne ne le faisait et les convertissait ensuite en maisons. “Pour démarrer ce business, il fallait non seulement l’investissement, mais aussi un projet, de nouvelles licences, plus d’un an de procédures bureaucratiques pour changer l’utilisation du terrain… Trop de conditions qui m’ont fait penser que la concurrence serait moindre”, dit Goitia.

Et bien sûr, moins de rivalité entre les entreprises signifie plus de rentabilité. Des chiffres qui étonnent aussi bien les locaux que les étrangers. “J’ai acheté des locaux pour 84.000 euros et je les ai vendus après leur transformation – un investissement de 200.000 euros – en un ensemble de quatre maisons pour 600.000 euros”, dit-il. Pour l’instant, Goitia ne travaille qu’à Madrid, car c’est un marché qu’il connaît très bien et où il fait peu d’erreurs, même s’il n’exclut pas de s’étendre à moyen ou long terme à d’autres villes espagnoles. “Le nord-est de Madrid est la zone la plus rentable et par quartiers, ce sont Hortaleza, Ciudad Lineal et la zone de San Blas/Canillejas qui sont les plus attractives”, souligne-t-il.


Source et suite : idealista/news

Newsletter

125 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter