( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

La hausse de l’ISF concernera les logements acquis à partir de 2022

 -  -  2081283


Les contribuables qui vivent dans les communautés autonomes où l’impôt sur la fortune n’est pas subventionné peuvent préparer leurs poches à payer un supplément pour cet impôt. La réforme fiscale approuvée en juillet dernier (loi 11/2021 du 9 juillet) a instauré une modification de cette taxe par laquelle les propriétaires peuvent être contraints de payer plus cher pour les propriétés achetées à partir de janvier 2022, en devant les évaluer selon le nouveau Land. Valeur de référence du registre, une évaluation calculée à partir des prix des transactions immobilières. (Idealista)

Comment fonctionnera la nouvelle évaluation immobilière du Trésor ?

Avant l’entrée en vigueur de la Loi contre la fraude fiscale (Loi 11/2021, du 9 juillet), les contribuables déclaraient la propriété à l’ISF pour la plus élevée des valeurs suivantes : la valeur cadastrale, celle vérifiée par l’Administration aux fins d’autres taxes ou du prix, de la contrepartie ou de la valeur de l’acquisition.

Désormais, la nouvelle évaluation des biens immobiliers selon la valeur de référence du registre foncier affecte l’impôt sur la fortune, l’ITP et l’impôt sur les successions et les donations, comme le rappelle José María Salcedo, associé du cabinet Ático Jurídico. Ainsi, le contribuable doit non seulement payer des impôts sur ladite valeur lors de l’achat, de l’héritage ou de la réception d’une maison en donation, mais dans le cas de l’impôt sur la fortune, il doit déclarer les biens possédés conformément à la valeur déterminée ou vérifiée par l’Administration. aux fins d’autres hommages. C’est-à-dire par la valeur de référence déterminée par le Cadastre, à compter de janvier 2022, pour l’évaluation des biens immobiliers à l’ITP ou à l’ISyD.

Concrètement, la nouvelle loi établit que l’obligation du contribuable est d’évaluer les propriétés pour la valeur la plus élevée de ces trois : La valeur cadastrale, celle déterminée ou vérifiée par l’Administration aux fins d’autres impôts ou le prix, la contrepartie ou la valeur de la acquisition.

Il semble que ce soit exactement la même chose, mais non : la nouveauté introduite est que l’administration fiscale pourra déterminer l’évaluation des propriétés via la nouvelle valeur de référence du registre foncier lors de la déclaration de l’impôt. Et que cette évaluation devrait être transférée à l’impôt sur la fortune.

« Cela nuira aux contribuables qui possèdent des propriétés à très faible valeur d’acquisition ou cadastrale. Lorsque la valeur officielle du registre foncier est ajoutée dans la comparaison, ils seront obligés de payer des impôts pour cette dernière valeur. Et cela augmentera la fiscalité de l’impôt sur la fortune. Il est possible que certains contribuables soient obligés de payer des impôts, alors qu’avant ils n’avaient pas à le faire », explique l’avocat d’Ático Jurídico.

Cette valeur de marché sera calculée à partir des prix des transactions immobilières, selon les informations fournies par les notaires et les registraires. C’est-à-dire que le Trésor régional ne procédera plus à une visite ou à un contrôle sur place des biens vendus, hérités ou donnés pour savoir si le contribuable a payé la juste valeur, mais la base imposable sera ladite valeur de référence agréée par le Cadastre. Castilla La Mancha utilise déjà cette nouvelle valeur de référence depuis 2015.

L’impact de la valeur de référence du cadastre sur l’impôt sur la fortune

Il semble que ce soit exactement la même chose, mais non : la nouveauté introduite est que l’administration fiscale pourra déterminer l’évaluation des propriétés via la nouvelle valeur de référence du registre foncier lors de la déclaration de l’impôt. Et que cette évaluation devrait être transférée à l’impôt sur la fortune.

José María Salcedo souligne qu’il s’agit d’un texte juridique confus, qui admet des interprétations. Ainsi, il y a ceux qui considèrent que la nouvelle valeur de référence a des effets rétroactifs à l’égard des biens qui font déjà partie du patrimoine du contribuable. Dans ce cas, « il faut tenir compte du fait que, jusqu’à présent, ces propriétés ont été déclarées pour leur prix d’acquisition ou pour leur valeur cadastrale, toutes deux de très faibles valeurs. Dès lors, l’introduction de la Valeur de Référence comme critère de valorisation de ces biens pourrait entraîner une augmentation considérable de la fiscalité », ajoute le fiscaliste.

De plus, cette facture fiscale devrait être payée annuellement, dans chaque taxe qui est désormais présentée.

Il y a aussi ceux qui considèrent que la modification ne concerne que les propriétaires qui ont acheté des propriétés à partir de janvier 2022, les propriétés acquises avant 2022 étant exemptes de la modification fiscale, avec les économies d’impôt qui en découlent.

Des sources officielles du ministère des Finances consultées par idealista/news confirment que les modifications fiscales n’affecteront que les propriétés acquises à partir de janvier 2022.

Toutefois, « il serait souhaitable que la Direction Générale des Impôts précise comment valoriser, dans ladite taxe, les biens acquis avant l’entrée en vigueur de la Valeur de Référence du Cadastre. Ceci, afin d’offrir aux contribuables une sécurité juridique minimale, avant de faire face à la prochaine déclaration d’impôt », explique le partenaire d’Ático Jurídico.

Source : Idealista

Newsletter

208 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter