( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

La hausse des prix du logement se modère en mars

 -  -  55384


Le prix moyen des logements terminés (neufs et d’occasion) en Espagne n’a pas évolué entre février et mars 2019, comme en témoignent les statistiques réalisées par Tinsa IMIE General y Grandes Mercados.

L‘ Indice Général reste à 1,491 points en mars, une donnée similaire à celle de février. L’étude révèle une croissance de 3,9% entre mars 2018 et mars 2019. Par rapport au minimum enregistré en février 2015, la valeur moyenne du logement en Espagne a augmenté de 13,8% et est inférieure au maximum recensé en 2007 de 34,7%.

 

 

 

 

 

Évolution du prix moyen du logement entre mars 2018 et mars 2019

© TINSA

Les capitales et les îles affichent la plus forte croissance en mars, avec respectivement 6,6% et 8%.

La côte méditerranéenne montre également une évolution légèrement supérieure à la moyenne nationale (+ 4,1%), alors que dans les métropoles, la croissance est modérée par rapport à l’an dernier, à 3,1%.

Dans l’intérieur des terres de l’Espagne et les plus petites villes (regroupées dans l’indice “autres municipalités”), le logement coûte actuellement 2% moins cher qu’il y a un an.

Seules les îles et la côte méditerranéenne ont enregistré une hausse de prix inter-mensuelle (entre février et mars), en comparaison à la stabilisation constatée dans les capitales, les grandes villes et les autres municipalités. Dans les régions métropolitaines, le prix moyen a diminué de 2,4% entre février et mars.

Variation relative interannuelle des prix du logement

© TINSA

La reprise nationale des prix à partir des minima reste à 13,8%. Avec des taux beaucoup plus élevés, les îles Baléares et les Canaries se distinguent (+ 22,2%) tout comme les capitales et les grandes villes (+ 23,3%). La côte péninsulaire méditerranéenne enregistre une augmentation cumulée de 16,5%. Les régions métropolitaines, avec une augmentation de 9,3% de leur minimum, et les petites municipalités de l’intérieur des terres, qui ont été réévaluées à peine de 4,2%, sont en dessous de la croissance moyenne au niveau national.

La baisse générale par rapport au maximum d’avant crise est de 34,7%, avec des chiffres similaires dans les principales villes et municipalités de l’intérieur de la péninsule. Dans les métropoles et le littoral méditerranéen, le déclin cumulé depuis 2007 dépasse 40%. La différence est réduite de 22,4% aux îles Baléares et aux Canaries.

 

Source et suite: TINSA

Newsletter

55 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter