( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

La logistique résiste à la crise du Covid-19: 555 000 m2 sous contrat en 2020

 -  -  30336


Le secteur logistique espagnol a atteint un contrat de 555000 m2 jusqu’en juin 2020, comprenant Valence, Saragosse, Séville et Bilbao, en plus des deux pôles logistiques du pays, de la zone centrale et de la Catalogne, selon les données de CBRE. C’est un bon nombre compte tenu de la crise économique causée par le covid-19.

Le centre-ville a enregistré une location de 222 000 m2 et la quasi-totalité des locations a été nette (204 000 m2), ce qui est très positif. “De plus, le total des contrats représente rien de moins qu’une augmentation de 38% par rapport à celui enregistré à la même période de 2019, un chiffre vraiment positif compte tenu de la situation actuelle, on peut donc dire que le secteur de la logistique en est un l’un des moins touchés par rapport aux autres secteurs de l’immobilier et sera l’un des premiers à retrouver la normalité du niveau d’activité », déclare Alberto Larrazábal, directeur national de l’industrie et de la logistique chez CBRE Espagne.
La plupart des transactions correspondent à des agrandissements de surface et sont liées à toutes sortes de secteurs, même si le commerce électronique, qui a couvert 41% de la sous-traitance totale, se distingue particulièrement.

Pour sa part, la Catalogne a réalisé un contrat logistique de 197 000 m2 au cours du semestre, dont 91 000 m2 nets. Le chiffre total représente une baisse de 42% par rapport à celui enregistré à la même période de 2019, même si, sur ce semestre, seules les locations de Decathlon avec 96000 m2 et DSV avec 46000 m2 couvraient plus de 40% du chiffre total enregistré . Sans les deux opérations au premier semestre 2019, les contrats entre janvier et juin de cette année seraient pratiquement égaux à ceux des six premiers mois de l’année dernière. Les opérations liées au commerce électronique ont concentré 19% du total des contrats, même si, comme dans la zone centrale, les transactions liées à tous les types de secteurs d’activité ont été clôturées.

En revanche, et comme fait positif, à la fin du deuxième trimestre 2020, une légère augmentation des nouvelles demandes a commencé à se faire sentir. Pour le reste de l’année, il est prévisible que les zones les plus actives resteront la zone centrale et la Catalogne, dont les prévisions de recrutement tournent respectivement autour de 450 000 m2 et 380 000 m2 pour l’ensemble de l’année.

Quant au revenu de base, il reste à la fois dans la zone centrale et en Catalogne, à 5,50 euros / m2 / mois et 7 euros / m2 / mois, respectivement. «La tendance continuera à être la stabilité des revenus pour les mois à venir. Bien que l’augmentation des incitations dans les nouveaux contrats de crédit-bail sera encouragée, ainsi qu’une augmentation de l’aide à la mise en œuvre », explique Larrazábal.

Autres postes logistiques
Parmi les autres places logistiques, Valence reste en tête avec 62 000 m2 enregistrés, cependant, ce chiffre est quelque peu discret par rapport à celui enregistré à la même période de 2019. Séville avec 56 000 m2 a largement dépassé les embauches réalisées lors du premier Le semestre 2019 avec 3500 m2 et Saragosse égalaient pratiquement le chiffre, avec 16000 m2 atteints entre janvier et juin. Parmi les opérations les plus importantes figurent la location d’un entrepôt logistique de 25 400 m2 à Quartell (Valence) et la location d’un entrepôt de 8 000 m2 dans la ZAL de Séville.

Parmi les principales opérations réalisées dans la zone centrale et en Catalogne, il convient de souligner l’expansion de 75 000 m² par un opérateur de commerce électronique à Alcalá de Henares et la location par Id Logistics de 20 000 m2 à Vila-Rodona.

Données d’investissement
Du côté des investissements, entre janvier et juin, un volume d’environ 520 millions d’euros a été atteint, soit 17% de plus que le chiffre atteint un an plus tôt. Outre les portefeuilles Mercury et Koning, se distinguent l’achat par Barings de quatre entrepôts à Algete pour 42,8 millions d’euros et la vente par Airbus d’un ensemble d’immeubles à Barajas pour 29,2 millions d’euros. «Le secteur de la logistique est très bien positionné pour attirer les capitaux des grands acteurs car il est considéré comme le premier secteur à sortir de la crise et le premier capable de retrouver des niveaux d’activité normaux. Nous commençons à voir une réactivation du secteur qui se traduira par un volume d’investissement de plus de 1 000 millions d’euros en fin d’année », conclut Larrazábal.

Source et suite Idealista

Newsletter

30 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter