( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

La pandémie porte les loyers de moins de 750 euros des capitales à 42% du total

 -  -  95720


Les baisses du prix de location provoquées par l’augmentation de l’offre subie après le déclenchement de la pandémie et les mois d’enfermement ont fait croître considérablement le poids des logements locatifs en dessous de 750 euros. Si avant la crise sanitaire 34% des logements locatifs annoncés dans les capitales de province avaient un prix inférieur à 750 euros, en mars 2021 ce pourcentage est passé à 42% du total, selon une étude publiée par idealista, analysant la composition de sa location. base de données sur le logement au cours des mois de février 2020 et mars 2021 dans toutes les capitales provinciales espagnoles.(Idealista News)

Le nombre de logements locatifs en dessous de 750 euros par mois a augmenté à Barcelone pendant la pandémie, passant de 7% du total à 14% en mars 2021. Si on élargit la fourchette à 1000 euros par mois, on voit qu’ils représentaient 29% de toute l’offre disponible au mois de février 2020, alors qu’ils atteignaient 49% au mois de mars 2021.

À Madrid, les logements locatifs inférieurs à 750 euros représentaient 11% du total avant la pandémie et représentent actuellement 23%, soit plus du double. De même, en portant la fourchette de revenus à 1 000 euros, la capitale disposait de 36% du parc disponible en dessous de ce chiffre, alors qu’au mois de mars elle en avait atteint 55%.

À Palma, les logements à moins de 750 euros représentaient 11% du total, tandis qu’un an après le début de la pandémie, ils représentaient 21%. Sur un loyer de 1000 euros, 41% des maisons de la capitale des Baléares avaient un prix inférieur, contre 55% qui l’avaient en mars de cette année.

Autres capitales

Malaga est la capitale où le poids des loyers de moins de 750 euros a le plus augmenté au cours de l’année pandémique, passant de 46% à 65% actuellement. Ils sont suivis par Gérone (de 47% à 66%), Séville (de 46% à 64%) et Valence (de 41% à 54%). Il y a également eu des augmentations considérables des loyers dans cette tranche de prix à Tarragone (de 65% à 77%), Grenade (de 75% à 86%), Huelva (de 85% à 95%) et Las Palmas de Gran Canaria (51 % à 60%).


En tout état de cause, dans cinq capitales, le poids des logements locatifs en dessous de 750 euros a été réduit. Cette liste est dirigée par Pampelune, où en février 2020 les logements inférieurs à ce loyer représentaient 41% du marché disponible, et maintenant ils en représentent 32%. Viennent ensuite Saint-Sébastien (de 14% à 9%), Melilla (de 87% à 84%), León (de 90% à 88%) et Ourense (de 95% à 94%).

Méthodologie

Pour mener à bien cette étude, idealista a analysé l’ensemble des logements annoncés au cours des mois étudiés (février 2020 et mars 2021) dans sa base de données locatives. Pour le calcul de la fourchette de moins de 750 euros par mois, tous les logements inférieurs à ce chiffre ont été pris en compte, comme dans le cas des logements inférieurs à 1000 euros, sans que les deux données puissent être ajoutées, puisque ceux de la durée la plus basse sont également inclus dans le plus élevé.

Newsletter

95 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter