( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

La ruée vers le logement ne s’arrête pas : les investisseurs préparent des achats d’une valeur de 2,453 milliards

 -  -  27276


Après avoir atteint un volume de plus de 2,5 milliards en 2021, de nouveaux achats d’une valeur de 1,1 milliard sont déjà en cours de réalisation dans le secteur résidentiel pour ce premier semestre. (Brainsre.news)

13/01/22

Le secteur résidentiel se poursuit au fond du canyon sur le marché espagnol. Selon le rapport ‘The Housing Property Telescope’ d’EY, en moins de six mois, des investissements totalisant 1,1 milliard d’euros se concrétiseront. Cette fureur d’investissement pour le logement en Espagne se poursuivra plus tard, puisqu’il y a déjà 633 millions de plus en opérations à moyen terme et 720 millions à long terme, soulignent-ils dans EY.

Sur les 2,453 milliards d’euros prévus pour le segment résidentiel, en 2022 ; 79 % seront consacrés aux produits cœur (1,937 milliard ), 14 % au cœur + (353 millions) et 7 % aux développements à valeur ajoutée (163 millions).

« L’essentiel du produit à traiter dans les 6 prochains mois correspond à des actifs à revenus récurrents peu volatils », reconnaît Javier García-Mateo, associé en charge de l’Immobilier dans le domaine Stratégie & Transactions d’EY.

image 9

En 2021, le total des investissements résidentiels a atteint 2,563 milliards d’euros, dépassés seulement par les achats logistiques, avec 2,854 milliards. Cela représente une augmentation de 25 %, par rapport au chiffre obtenu en 2020 ; mais un record bien inférieur à celui de 2019, où 7,098 milliards avaient été atteints. Selon EY, sur le marché “il existe un grand appétit d’investissement, mais les investisseurs rencontrent des difficultés lorsqu’il s’agit d’obtenir des financements pour l’acquisition de terrains”.

Location

La présence de ces investisseurs résidentiels est une bonne nouvelle pour les locataires, révèle le rapport, puisque les principaux opérateurs de logements locatifs proposent leur produit à des prix inférieurs à la moyenne du marché.

Les entreprises qui offrent le plus de remise sur le prix du marché à leurs locataires sont : Lazora, avec une remise de 30% des loyers par rapport au marché ; DomusVivendi, avec une remise de 23 % ; Resydenza de Pryconsa, 21 % ; et Realia, avec une remise de 10 %. A l’exception de DomusVivendi qui a tout son portefeuille aux Baléares ; tous ont la plupart de leur portefeuille à Madrid, Barcelone, Malaga et Valence.

Javier Garcia-Mateo précise : « Tous les fonds d’investissement qui ont lancé leurs plateformes de promotion et d’exploitation de véhicules de location de logements ces dernières années louent entre 7 % et 20 % en dessous du prix du marché dans leurs zones d’influence directe, même étant plus compétitifs en prix que l’offre de location d’occasion avec laquelle ils rivalisent dans la même zone.

« Les investisseurs institutionnels privilégient l’accès au logement pour les classes populaires », ajoute-t-il.

De nouveaux logements

EY prévoit que 66.000 nouvelles unités arriveront sur le marché en 2022, 8% destinés à la construction à la location. En 2023, 61.000 logements neufs, dont 10 % à louer. Dans les prévisions pour 2026-2029, ils estiment que 39% des logements neufs seront utilisés pour la location.

image 11

Le partenaire en charge de l’Immobilier du pôle Stratégie & Transactions d’EY définit la situation du marché du build to rent : « Il y a encore un océan à développer, même si tous les projets en développement ne sont pas vraiment viables commercialement. Y a-t-il un besoin de logement locatif? Sans doute. Est-ce que tout est bien fait ? Non, car beaucoup de gens ont payé cher le parquet et sont obligés de gonfler le produit, avec des services qui servent à justifier un prix plus élevé par rapport au marché. Y a-t-il un espace pour la construction à louer? Bien sûr, y a-t-il de la place pour tous les joueurs ? Reste à voir si c’est viable.

À Madrid, plus de 90 nouveaux projets btr et bts seront développés à court-moyen terme, principalement situés dans la partie ouest de la province. Vivenio achèvera 408 nouveaux logements dans la région de Nuevo Calderón en 2023 ; Hines 395 unités, à Valdebebas, également en 2023 ; et CBRE GI – Azora compteront 340 nouvelles propriétés cette année.

La Catalogne compte plus de projets que la capitale, au total 140. Le plus gros chantier à livrer, en 2022, correspond à Becorp Scranton, un complexe résidentiel de 420 logements à Can Batlló. Derrière, Aza IM livrera 216 unités à Badalona et Patrizia 208 à Sant Joan Despí, toutes deux cette année.

Bilbao compte 10 nouveaux ouvrages à réaliser à court et moyen terme, Valence 30 au total, Séville 25 et Malaga 55.

Comparaison avec l’Europe

Malgré cette augmentation au cours des trois dernières années, l’investissement dans le résidentiel espagnol est bien inférieur à celui des pays européens comme l’Allemagne, où 53.413 ont été investis l’an dernier ; Royaume-Uni, avec 11,613 milliards ; ou la France, avec près de 4 milliards. Au lieu de cela, il se classe bien au-dessus d’autres comme l’Italie et le Portugal.

image 10

Les rendements sont restés stables au niveau européen depuis 2015. Barcelone et Madrid apparaissent comme les cinquième et sixième villes de l’Union où il est plus rentable de louer. Les rendements sont respectivement de 4,1% et 3,9%. Devant, Dublin (6,5 %), Copenhague (4,6 %), Amsterdam (4,4 %) et Lisbonne (4,3 %).

Source : Brainsre.news

Sources données : EY

 

Newsletter

27 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter