( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

La saison de ski démarre avec optimisme malgré Omicron

 -  -  28414


Le Pont de l’Immaculée est le signal de départ officiel de la nouvelle saison, qui débute avec plus de 900 kilomètres skiables. (Hosteltur)

04/12/21

Les excellentes conditions météorologiques permettent une ouverture massive des stations de ski, à la fois en Espagne, en Andorre et dans les Pyrénées françaises, au cours de ce week-end, coïncidant avec le pont de la Constitution, mais aussi avec l’apparition du nouveau variant Omicron.

Malgré cela, les stations restent optimistes face à la saison 2021-2020 car “il y a plus de désir de neige que jamais” après deux hivers marqués par la crise sanitaire (le dernier dans son intégralité, avec de nombreuses installations fermées ou semi-fermées, et le dernier dans sa phase finale) et, en outre, les activités à l’air libre gagnent en attrait en temps de pandémie.

Bien que certaines stations aient ouvert leurs portes en novembre, le Pont de l’Immaculée est le signal de départ officiel de la nouvelle saison qui débute avec plus de 900 kilomètres skiables, à la fois pour les sports d’hiver et à usage touristique, répartis sur 25 destinations enneigées sur 32 (80 % du total) qui font partie de l’Association Touristique des Stations de Ski et de Montagne (Atudem).

Perspectives du tourisme de neige pour la saison hiver 2021-2022 :
– Le tourisme de neige s’attend à dépasser les niveaux d’avant la pandémie cet hiver
– Les stations de ski affrontent la saison post-COVID avec de grandes améliorations

Baqueira Beret est la seule station espagnole qui envisage d’ouvrir tout son domaine skiable, offrant, si le temps le permet, 162 kilomètres de pistes et 36 remontées mécaniques disponibles.

Dans les Pyrénées françaises, où les Espagnols sont les principaux clients sur ce pont, sur les 39 stations de ski alpin et de fond (1 000 kilomètres de pistes), 29 seront ouvertes, avec 700 kilomètres skiables.
La station de Grandvalira, en Andorre, avec 136 kilomètres skiables, commence la saison ce week-end et il est prévu qu’ils puissent être étendus au-dessus de 150 pendant le pont.

Mesures antiCOVID

Face à la menace du variant Omicron, les stations espagnoles font confiance à leurs protocoles covid, où se démarque le port obligatoire de masques dans les remontées mécaniques, les zones d’attente pour l’embarquement, les espaces fermés, les restaurants, les hôtels, les magasins et les locations, et qu’en ce moment ils ne prévoient pas de renforcer avec des mesures supplémentaires, selon l’Atudem.

En revanche, l’Andorre a annoncé que, en raison de l’évolution de la situation épidémiologique et dans le but de sauver la saison, le certificat COVID sera obligatoire pour accéder aux stations, tant pour la pratique sportive y compris le ski de montagne, raquettes et autres activités telles que l’accès aux remontées mécaniques, restaurants, écoles et autres espaces couverts du domaine.

Le nouveau protocole a une durée de quinze jours, et sera adapté en fonction de l’évolution de la situation sanitaire, a communiqué la station de Grandvalira.
Quant à la France, l’exigence du passeport covid pour accéder à tout espace public était déjà en vigueur avant l’apparition du nouveau variant, mesure qui concerne également les gares, où le port de masques est obligatoire comme dans toutes les autres destinations de ski.

Baisse de 68 % des revenus l’année dernière

Les bonnes conditions météorologiques et les protocoles sanitaires qui garantissent la sécurité des stations de ski font que le secteur espagnol est confiant de pouvoir dépasser les niveaux précovid cette saison, après une chute des revenus de 68% l’année dernière, la plus drastique de la dernière décennie.

Par ailleurs, les stations ont réalisé un investissement de 38,2 millions d’euros, le plus élevé de ces dernières années, pour poursuivre leur engagement en faveur de l’amélioration de la qualité des équipements et de la préservation des milieux naturels.

La filière française s’attend également à dépasser les volumes d’avant la pandémie, après que la fermeture de toutes les stations la saison dernière, ordonnée par le président Emmanuel Macron, a causé des pertes de 10 milliards d’euros, dont le gouvernement français a financé 3.000 entre les Pyrénées et les Alpes.

Source : Hosteltur

Source photo : Pietro de Grandi, Unsplash

Newsletter

28 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter