( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

La vente de 15 000 biens publics: une opération à réactiver?

 -  -  40386


La tentative de faire du cash avec plus de 15 000 propriétés en 2013 illustre l’énorme patrimoine aux mains de l’Etat. Seul le désinvestissement de l’immobilier dans la Castellana de Madrid signifierait un revenu de 3 500 millions d’euros, selon les calculs de CBRE.

Yolanda Duran 19/10/2020

Bien qu’il n’y ait pas d’inventaire officiel qui comprend l’ensemble du parc immobilier espagnol appartenant aux administrations publiques, le gouvernement présidé en 2013 par Mariano Rajoy a présenté cette année-là un plan de vente d’immeubles appartenant à l’État, qui prévoyait la vente entre 2013 et 2015 de jusqu’à un total de 15 135 propriétés.

C’était l’une des mesures annoncées dans ce qui était une première tentative de réforme et d’allègement des administrations publiques, pour laquelle une commission de réforme a été créée. De cette tentative de vente, les enchères publiques qui sont périodiquement reprises par les ministères de la Défense ou de l’Intérieur, ou le soi-disant camp d’opération de Madrid, qui dure depuis plus de dix ans, attendent toujours.

Certaines propriétés se sont vendues rapidement, notamment en raison de leur emplacement stratégique en tant que terrain de maison ou de bureau. C’est le cas de la Polyclinique Navale Nuestra Señora del Carmen, située Calle Arturo Soria, 270 à Madrid, l’ancien siège de la CNMV ou celui de la RTVE sur le Paseo de la Habana, 75. Le ministère des Finances, par exemple, vente aux enchères pour la deuxième fois 40 000 m2 de bureaux à Madrid avec une réduction, au cœur de María de Molina.

Castellana, une veine à désinvestir
Mais il existe des portefeuilles d’une valeur exceptionnelle. C’est le cas des propriétés situées sur l’axe Paseo de la Castellana à Madrid. Le secteur public est le plus grand propriétaire d’immeubles dans ce domaine, avec 26 propriétés et un total de 550 000 m2. Cela représente près d’un tiers (32%) de la superficie totale des bureaux à Castellana (1,73 million de m2), selon les données fournies par le cabinet CBRE.

«Compte tenu du fait que l’administration publique détient plus de 30% de la surface de bureaux du Paseo de la Castellana, elle a une excellente occasion de participer à la transformation et à la modernisation du parc de bureaux dans l’épine dorsale du quartier central of Business », ils ont besoin du consultant. Si l’on ajoute les bureaux dans lesquels il est à louer, il occupe actuellement près de 600 000 m2, à Castellana, plus de 40% du parc de bureaux (hors dotations).

Les plus de 3500 millions d’euros que pourrait valoir le portefeuille immobilier selon CBRE équivaudraient, par exemple, à un peu plus de 5 fois le budget prévu pour les politiques d’accès au logement que les budgets généraux de l’État pour 2019.

En ce qui concerne le nombre de bâtiments possédés, un organisme public se démarque: le Consortium de compensation des assurances, appartenant au ministère de l’Économie et des Entreprises. Avec 6 bâtiments avec adresse castillane, c’est l’un des plus grands
propriétaires de cet axe. Il se trouve que c’est lui qui a acquis le siège de la CNMV, qu’il souhaite transformer en bureaux à louer.

Plus précisément, le Consortium occupe la deuxième position, seulement derrière Mutua Madrileña et devant Pontegadea, le véhicule d’investissement de l’entrepreneur textile et propriétaire d’Inditex, Amancio Ortega.

Sols rustiques, locaux, entrepôts …
Mais le catalogue des actifs immobiliers est vaste: 4 832 actifs rustiques, bureaux (126), lots (382), 1 869 logements, 61 immeubles résidentiels. locaux commerciaux (805), bâtiments industriels (19), garages (16) ou bâtiments uniques (98). «Il est difficile de suivre les propriétés vendues dans toute l’Espagne, car dans les petites villes, elles ont tendance à être achetées par des groupes locaux ou des hommes d’affaires, mais au cours des cinq dernières années, un volume de 500 actifs a été cédé»; calculer les sources du marché.

Pour Susana Rodríguez, CCO de Savills Aguirre Newman, «nous traversons un moment exceptionnel pour revoir non seulement l’utilisation des bureaux de l’Administration et la pérennité du parc immobilier public, mais aussi pour valoriser les terres patrimoniales que le institutions afin que, grâce à des droits de surface et avec la collaboration d’initiative privée, des terrains industriels, tertiaires et résidentiels puissent être développés pour stimuler l’activité économique et augmenter l’offre de logements locatifs.

Et il est surprenant de constater le grand nombre d’entreprises publiques qui possèdent des biens immobiliers, au lieu de les louer: il y a des actifs de la Direction générale du patrimoine de l’État, de l’Institut du logement, des infrastructures et des équipements de défense (INVIED), de la Gestion des infrastructures et Équipement de Sécurité (GIESE), l’Administrateur d’Infrastructure Ferroviaire (ADIF), la Trésorerie Générale de la Sécurité Sociale et des sociétés SEPI comme Correos.

Source Brainsre.news

Newsletter

40 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter