( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

L’aéroport de Teruel, parking et cimetière d’avion, en pleine croissance grâce au Covid

 -  -  381959


Personne ne le sait, mais la petite ville de Teruel (située à 311 kms de Madrid et à 144 kms au nord-ouest de Valencia) possède depuis près de 15 ans, un aéroport qui ne reçoit aucuns passagers puisqu’ il s’agit tout simplement de ce que l’on appelle, un cimetière pour avion en fin de vie.

L’irruption du Covid et la chute du trafic aérien obligent les compagnies à « ranger » de nombreux appareils en attendant qu’ils reprennent du service : car depuis 1995, le nombre de vols dans le monde n’a jamais été aussi bas et par conséquent, le nombre d’avions cloués au sol, n’a jamais été plus élevé.

De cimetière à parking Ces faux aéroports sont appelés des « cimetières », car les compagnies aériennes envoient leurs appareils obsolètes dans ces aires de stockage, généralement des zones secs et arides, car ce climat permet de les maintenir en bon état avant leur remise en service ou leur recyclage. Du coup, avec l’arrêt du trafic, l’aéroport de Teruel, avec plus d’une centaine d’avions (dont plusieurs A380) est devenu la plus grande plateforme aéroportuaire MRO (Maintenance and Repair Organization) d’Europe. Au total, environ 400 personnes travaillent dans les différentes entreprises qui gèrent le recyclage et les réparations de tous ces appareils. De nouveaux espaces sont d’ailleurs en cours d’aménagement pour accueillir les nouveaux venus et en 1 an le chiffre d’affaire a augmenté de 30 %.

La gestion du stationnement des avions est, à grande échelle, un défi pour l’industrie et les compagnies aériennes qui doivent trouver de l’espace pour leurs appareils abandonnés. Les pistes de décollage, les hangars ainsi que les pistes d’atterrissage des grands aéroports du monde entier, se sont transformés ces derniers mois, en une véritable aire de stationnement, mais coûtent très cher, d’où l’intérêt d’avoir recours à la plateforme de Teruel. L’histoire peu connue de l’aéroport de Teruel a commencé en 2007, avec un consortium formé par le gouvernement d’Aragon et le Conseil municipal. Ils ont décidé de créer un aéroport industriel pour le stationnement, le recyclage et l’entretien des avions. C’était un investissement peu coûteux (40 millions d’euros) et d’autant plus intéressant qu’il n’existait pas de centre de ce type en Espagne.

Aujourd’hui, avec 130 avions, la capacité d’accueil de l’aéroport de Teruel est sur le point d’être dépassé, d’où la construction de nouveaux « parkings ».

Laurence Lemoine

www.valencia-expat-services.com/

www.javea-denia-expat-services.com/

Newsletter

38 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter