( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Le cinéma mk2 s’invite à l’Institut Français

 -  -  52447


Ce vendredi 4 octobre, l’Institut Français organisait une conférence de presse sur l’ouverture du cinéma mk2 Institut Français le 5 octobre prochain.

Chaque fin de semaine, du vendredi au dimanche, les cinéphiles pourront se rendre dans ce nouveau mk2 pour profiter pleinement de films en VOSE (version originale sous-titrée en espagnol).

Déjà présent en Andalousie et au Palacio de Hielo de Madrid, la société de cinéma française créée en 1974 compte “offrir la diversité du cinéma dans un quartier qui n’a pas de salles”, comme l’a indiqué Marin Karmitz, le fondateur de la société, lors de la conférence de presse.

Comme l’a rappelé l’Ambassadeur de France, Jean-Michel Casa, l’Institut Français de Madrid a accueilli de nombreux événements l’an passé: 15 avants-premières, 20 projections presse et la venue d’une dizaine de personnalités françaises telles que les actrices Fanny Ardant, Nathalie Baye ou encore Mélanie Thierry. “Nous sommes très fiers de l’investissement de ce projet”, s’est-il réjouit.

La naissance de mk2

Le tout premier cinéma de la société mk2, bâptisé “Le 14 juillet” a été ouvert le 19 mai 1974, dans le quartier parisien de La Bastille. “À l’époque, c’était un quartier populaire avec des salles de karaté et de projections X”, se souvient Marin Karmitz.

La société compte dorénavant 100 écrans dans la capitale française, proposant des projections en version originale. Et les spectateurs ne manquent pas puisqu’ils sont 5 millions à se déplacer dans les mk2. “Comme je le dis souvent, j’ai appris à lire à 5 millions de personnes”, s’est amusé le fondateur.

Une implantation en Espagne qui coule de sens

Pour Marin Karmitz, l’Espagne n’a pas été choisie par hasard. “Les deux premiers films que j’ai distribué ont été des films espagnols: “Cría Cuervos” et “La Colmena”. C’est grâce à eux que j’ai pu continuer mon métier. C’est donc une façon pour moi de leur être reconnaissant en leur rendant ce qu’ils m’ont offert.”

Au-delà de cette reconnaissance, le fondateur de mk2 explique avoir retrouvé une situation en Espagne similaire, à celle connue en France à ses débuts: le manque et la fermeture de salles existantes dans certains quartiers plus populaires. “Les Espagnols adorent le cinéma. Aujourd’hui nous avons le même nombre de spectateurs dans les deux pays”, a-t-il tenu à souligner.

Rendez-vous donc à partir du 5 octobre pour découvrir les premières projections. Plus d’informations, et réservations, ici

 

Camille Sánchez

 

Newsletter

52 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter