( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Le nombre de VTC augmente à Madrid et baisse à Barcelone

 -  -  51523


Les VTC continuent de gagner du terrain dans la capitale et d’en perdre dans la cité comtale. Sur les neuf premiers mois de cette année, leur nombre a augmenté de 26% à Madrid, et a diminué de 5,4% à Barcelone.

Les noms de Cabify et Uber ne sont pas inconnus. Et pour cause, ces deux entreprises, la première espagnole et l’autre américaine, de véhicules de location avec chauffeur (VTC) sont les leaders du système en Espagne. Leurs chauffeurs arpentent les rues des deux plus grandes villes du pays, Madrid et Barcelone, au grand dam des chauffeurs de taxis qui n’hésitent pas à montrer leur mécontentement lors des diverses manifestations organisées tout au long de l’année.

1 VTC pour 2 taxis à Madrid 

Entre janvier et septembre 2019, Madrid a accueilli près de 1.700 nouveaux VTC en plus des 8.264 circulant déjà dans la ville. En faisant les calculs, la capitale dénombre 1 VTC pour moins de 2 taxis. Un nombre élevé quand on sait que la législation fixe un ratio de 1 VTC pour 30 taxis.

Ces derniers ont d’ailleurs vu leur effectif s’agrandir, mais pas de façon aussi importante. Ils ont connu une légère hausse de 0,34%, portant leur nombre total à 15.630.

1 VTC pour 5 taxis à Barcelone

À Barcelone, l’inverse est en train de se produire. Selon les derniers chiffres officiels du troisième trimestre, dévoilés par le Ministère de l’Équipement, la deuxième ville d’Espagne a perdu 125 VTC et en dénombre actuellement 2.158.

Des VTC en baisse, mais des taxis en hausse. Ces derniers ont augmenté de 4,4%, passant ainsi à 11.482 au total. En faisant les calculs, la cité comtale dénombre 1 VTC pour 5 taxis.

Une régulation en Catalogne

Si leur nombre a effectivement baissé à Barcelone, c’est grâce à une régulation de ce type de véhicules approuvée par le gouvernement en début d’année. Cette mesure, qui obligeait à demander ce service à l’avance, a eu un effet immédiat: Uber a cessé ses activités et Cabify a réorganisé son modèle économique pour essayer de la contourner.

La réglementation qui a porté ses fruits à Barcelone, ne connaît pas d’égal à Madrid. Ce qui permet d’expliquer l’accroissement du nombre de véhicules de location avec chauffeur.

À la fin du mois de septembre, l’Espagne dénombrait 16.047 voitures appartenant à ces deux grandes sociétés. Un nombre en augmentation de 22% par rapport à décembre 2018. Le nombre de taxis a quant à lui chuté de 3,7% pour représenter 62.502 véhicules.

 

Camille Sánchez

 

 

Newsletter

51 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter