( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Le prix du logement augmente de 6,8% en janvier (prix interannuels)

 -  -  75743


Selon les statistiques réalisés par Tinsa IMIE Local, le prix moyen du logement en Espagne a augmenté de 6,8% au cours de la dernière année. Le logement a recouvré 14,9% de sa valeur depuis le minimum postérieur à la crise, mais il reste inférieur de 34,1% au maximum de 2007.

L’indice Tinsa IMIE General, qui reflète l’évolution de la valeur moyenne des logements finis (neufs et d’occasion) en Espagne, a enregistré une augmentation d’une année sur l’autre de 6,8% en janvier; cette variation est supérieure de trois dixièmes à celle de décembre 2018. En valeur annuelle, ce sont la côte méditerranéenne, les capitales et les grandes villes qui ont enregistré la plus forte appréciation (10,1% et 9,0%, respectivement), tandis que les municipalités situées à l’intérieur de la péninsule ont enregistré des prix nettement inférieurs (1,5%). Les zones métropolitaines et les territoires insulaires affichent des chiffres proches de la moyenne nationale, proches de 7%. En termes de variation mensuelle de la valeur, les zones métropolitaines de janvier se distinguent, avec une variation de pratiquement 2% par rapport à décembre 2018, reflétant le transfert des hausses de prix du centre des grandes villes à sa périphérie, après des années de hausse notable des prix dans les principaux districts. Les îles Baléares et Canaries, avec une augmentation mensuelle de 1,6%, présentent également des variations importantes. Le reste des zones géographiques ont enregistré des augmentations plus modérées, entraînant une augmentation mensuelle de 0,8% dans l’ensemble de l’Espagne.

La récupération nationale des prix à partir des prix minimums atteint 14,9%, laissant les capitales et les grandes villes ainsi que les territoires insulaires à environ 23%. La côte péninsulaire méditerranéenne enregistre une augmentation cumulée de 19,2% et les zones métropolitaines de 13,1%. Sur le reste du territoire, l’augmentation cumulée par rapport aux minimums dépasse à peine 5%. La baisse générale par rapport au maximum d’avant la crise est de 34,1%, avec des chiffres similaires dans les principales villes et municipalités de l’intérieur de la péninsule, environ 40% dans les zones métropolitaines et la côte méditerranéenne et moins de 20% dans les îles Baléares et les îles Canaries.

Autres indicateurs

L’indice Tinsa IMIE Général et Grands marchés comprend une sélection d’autres indicateurs économiques et immobiliers pertinents pour analyser l’évolution et les perspectives du secteur résidentiel. Voici, le flash du marché avec les dernières données disponibles à ce jour.

* Évolution d’une année sur l’autre, à l’exception de l’offre nette sur les portails immobiliers (trimestrielle)

Source :Tinsa

Newsletter

75 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter