( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Le propriétaire qui ne déclare pas correctement les revenus locatifs n’aura pas de déduction fiscale

 -  -  22201


Le Trésor rappelle que cette modification légale a des effets sur les revenus obtenus en 2021

31/08/21

La nouvelle loi de lutte contre la fraude fiscale déjà publiée au BOE en juillet dernier supprime la réduction de 60% des logements locatifs de l’impôt sur le revenu des personnes physiques à laquelle le propriétaire avait droit, lorsque le contribuable n’avait pas déclaré tous les revenus obtenus, ou aurait déduit à tort des dépenses. . La réduction est supprimée dans la partie déclarée à tort. Jusqu’à présent, si un contribuable n’avait pas déclaré tous ses revenus, il lui suffisait de déclarer son existence, même dans la procédure initiée par le Trésor pour régulariser sa situation. Mais avec la nouvelle loi, seuls les revenus du loyer inclus dans l’auto-évaluation bénéficieront de la réduction de 60%.

Au final, la nouvelle loi apporte un autre changement qui entraînera un coup fiscal pour les propriétaires de logements locatifs : les propriétaires qui ont mal calculé les revenus dans l’auto-évaluation et qui ont été régularisés par l’Administration ne pourront pas profiter du 60 % de réduction soit de l’impôt sur le revenu des personnes physiques.

José María Salcedo, associé du cabinet Ático Jurídico, critique que cette loi 11/2021 sur la prévention et la lutte contre la fraude fiscale a été utilisée pour contreprogrammer la Cour suprême, puisque dans un arrêt du 15 octobre 2020, elle a considéré que le contribuable Il avait droit à une telle réduction même si tous les revenus provenant de la location du logement obtenus dans l’année n’avaient pas été inclus dans son autocotisation de l’impôt sur le revenu des personnes physiques.

La nouvelle loi modifie l’article 23.2 de la loi relative à l’impôt sur le revenu des personnes physiques, y compris la rédaction suivante : de données, de vérification limitée ou d’inspection qui inclut dans son objet la vérification de telles performances. »

Comme si cela ne suffisait pas, la nouvelle rédaction de l’article précité souligne qu’« En aucun cas la réduction au titre de la partie du revenu net positif provenant de revenus non inclus ou de dépenses indûment déduites dans l’auto-évaluation du contribuable et que elles sont régularisées dans l’une quelconque des procédures mentionnées à l’alinéa précédent, même lorsque ces circonstances ont été déclarées ou acceptées par le contribuable au cours du déroulement de la procédure. »

En d’autres termes, « la réduction ne sera pas appliquée sur la part de la performance erronée calculée dans l’auto-évaluation, et régularisée par l’Administration. Et ce, que ce soit parce que moins de revenus ont été déclarés, ou parce que des dépenses ont été indûment déduites », souligne Salcedo.

Quand cette astuce fiscale pour les propriétaires entre-t-elle en vigueur

Il est important de noter que ce changement est déjà entré en vigueur en même temps que la loi (depuis dimanche dernier 11 juillet 2021), ce qui signifie qu’il est entré en vigueur au milieu de l’année d’imposition des personnes physiques.

L’Agence fiscale a publié sur son site Internet une liste de questions fréquemment posées sur la loi 11/2021. L’un d’eux se réfère spécifiquement aux effets temporaires de la modification légale qui affecte la réduction prévue à l’article 23.2 de la Loi sur l’impôt sur le revenu des personnes physiques.

José María Salcedo souligne que cette réforme juridique ne peut pas être appliquée rétroactivement à la réduction appliquée les années précédentes pour offrir un répit aux contribuables. Elle ajoute que dans les contrôles fiscaux initiés après l’entrée en vigueur de cette loi, lorsqu’ils se réfèrent aux années antérieures, l’application de la réduction de 60 % des revenus locatifs à l’impôt sur le revenu des personnes physiques ne peut être refusée.

Le partenaire d’Ático Jurídico précise que, dans ces cas, la doctrine de cassation de la Cour suprême prévaut et qu’il est possible que le propriétaire puisse bénéficier de la réduction de 60% de l’impôt sur le revenu même s’il a déclaré les loyers omis dans le cadre de une procédure de vérification par l’administration fiscale. Par conséquent, le Trésor doit appliquer la réduction de 60 % de l’impôt sur le revenu du contribuable.

Quels revenus de location affecteront la nouvelle loi contre la fraude fiscale ?

José María Salcedo rappelle que cette astuce fiscale aux propriétaires aura des effets sur les revenus obtenus en 2021, malgré le fait que la loi soit entrée en vigueur en milieu d’année (le 11 juillet).

Le bureau des impôts indique que “pour l’exercice 2021 et étant donné que l’impôt est dû le dernier jour de la période imposable, la nouvelle formulation s’appliquera aux revenus nets pour l’ensemble de l’exercice et pas seulement à ceux exigibles à partir de l’entrée en vigueur de celui-ci.”

Le partenaire d’Ático Jurídico regrette que, par conséquent, les revenus non déclarés correctement ou les dépenses indûment déduites avant le 11 juillet 2021 puissent perdre la réduction d’impôt (dans la partie correspondant aux revenus non déclarés ou aux dépenses indûment déduites).`

Quels propriétaires peuvent profiter de la réduction ?

La réduction de loyer prévue par la loi sur l’impôt sur le revenu est de 60% et est calculée sur le rendement net positif qui a été obtenu en louant un logement

Tous les propriétaires n’ont pas le droit d’appliquer la réduction. Le bien loué doit être utilisé pour le logement du locataire et non à d’autres fins. Par exemple, la location d’un bien immobilier, pour le bureau d’un professionnel, ou pour établir le siège social d’une entreprise, ne donne pas droit à l’application de la réduction.

De plus, il faut que les revenus obtenus soient imposés comme des revenus du capital immobilier, et non comme une activité économique.

Que se passe-t-il si le bien est loué à une entreprise, pour le logement de ses salariés ?

Parfois, le locataire est une entreprise, mais la destination du bien ne sera pas le bureau ou le siège social de l’entité, mais plutôt le domicile d’un de ses employés. Le propriétaire peut-il appliquer la réduction dans ces cas?

La réponse est oui. Le Tribunal Central Economique et Administratif (TEAC) a déclaré que l’important est la destination qui va être donnée au bien. Et que, s’il s’agit d’un logement, il est possible que le propriétaire applique la réduction, même si le locataire est une société de personnes.

Bien entendu, le contrat de location doit comporter la mention que le bien ne sera utilisé qu’à des fins d’habitation, et la personne physique précise qui l’occupera.

Et si je le louais à une ONG qui le cède comme maison ?

Quelque chose de similaire se produira si la propriété est louée à une ONG, à condition que la destination de la propriété susmentionnée ne soit pas le bureau ou le siège de l’entité. Il est courant pour certaines ONG de louer des biens immobiliers, de les transférer plus tard à des personnes sans ressources, ou de rejoindre des groupes de protection spéciale.

Dans ce cas, José María Salcedo considère que la destination finale à attribuer au bien doit également être abordée. « C’est vrai que ce sera beaucoup plus compliqué dans ce type de bail, de pouvoir identifier les personnes qui vont effectivement occuper le bien. Mais nous considérons que le critère finaliste devrait prévaloir, compte tenu du fait que la propriété va être utilisée comme habitation, et la réduction devrait être admise », conclut-il.

Source : idealista

Newsletter

22 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter