( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

L’ensemble de l’Espagne injustement montré du doigt…

 -  -  2511467


La crise du Covid exacerbe parfois les tensions entre pays voisins et la situation actuelle entre la France et l’Angleterre d’un coté et l’Espagne de l’autre pourrait prêter à sourire si la vie de centaines de milliers de personnes (vacances, emplois, retrouvailles etc.) n’était en jeu.

Car avant de “déconseiller la Catalogne aux vacanciers” comme l’a declaré il y a quelques jours le Premier ministre français ou bien de rendre à nouveau obligatoire la quarantaine (la quatorzaine en l’occurrence) comme vient de le décider le Royaume-Uni, il serait de bon ton d’éviter la panique en regardant la réalité des chiffres. De plus, les chiffres de “nouveaux cas” ne veulent absolument rien dire s’ils ne sont pas mis en perspective par rapport à un nombre de tests réalisés. 

Depuis hier, le Royaume-Uni impose donc une quatorzaine à tous ceux qui reviennent d’Espagne, quel que soit l’endroit : du coup, certaines agences de voyage ont déjà suspendu leurs offres et certaines compagnies leurs vols. 

Mais ces mesures affectent aussi des régions qui sont largement épargnées par la reprise des contagions : c’est le cas des îles Canaries, Baléares et de la Région de Valencia ainsi que de l’Andalousie. Au total, 11 des 17 régions espagnoles présentent de meilleurs chiffres que l’Angleterre ou la Belgique. Les chiffres de décès parlent d’eux même : depuis le 15 juillet, 23 morts sont à déplorer en Espagne contre 900 pour la même pêriode en Angleterre.

La Comunidad Valenciana ne compte que 13,3 cas pour 100 000 habitants, soit 1,5 point de moins que le Royaume-Uni. Ce taux est encore plus bas en Andalousie (11,0), dans les Baléares (8,0) et les Canaries (5,8). À cela, il faut ajouter que les nouveaux cas sont âgés de 25 à 40 ans et que les hospitalisations et décès sont rares depuis plusieurs semaines. Aussi, bon nombre de cas détectés sont asymptomatiques. Par ailleurs, il y a de plus en plus de personnes testées donc, rien d’illogique à ce que le nombre de positifs augmente également.

Dans ce contexte, le président de la Generalitat Valenciana, Ximo Puig, a demandé aux autorités britanniques de faire de sa région, et tout particulièrement de la Costa Blanca, une exception à la quatorzaine obligatoire et aux recommandations faites de ne pas voyager en Espagne. En Andalousie, le vice-président Juan Marín, a pour sa part, rappelé l’importance du tourisme britannique pour son pays et sa région. 

Les Anglais sont les principaux moteurs du tourisme espagnol: en 2019, ils étaient 18 millions: c’est bien plus que les visiteurs allemands et français, respectivement au nombre de 11,2 et 11,1 millions. 

ET LES FRONTIÈRES ENTRE LA FRANCE ET L’ESPAGNE ?

Par ailleurs, concernant les rumeurs de fermeture des frontières terrestres entre la France et l’Espagne, là encore il ne faut pas céder à la panique et surtout bien remettre les choses dans leur contexte : certains blogs ont pris goût au sensationnel, en titrant sur cette éventualité, citant une déclaration du premier ministre français Jean Castex qui répondait en utilisant le conditionnel à une question qui n’était qu’une hypothèse. Pas besoin d’être un expert ni un Premier ministre, pour savoir que “si les cas de Covid venaient à se multiplier dangereusement, alors une fermeture des frontières ne serait pas à exclure”… 

Nous n’en sommes pas là, même si l’évolution de la pandémie, tant en France qu’en Espagne reste préoccupante et incertaine.

Laurence Lemoine

www.valencia-expat-services.com

www.javea-denia-expat-services.com

Newsletter

25 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter