( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Les API exigent que leur activité soit considérée comme essentielle

 -  -  39380


Les API (Agentes de la Propiedad Inmobiliaria) cherchent à relancer le secteur immobilier en pleine crise du Covid-19. (idealista/news)

Les API cherchent des moyens de relancer le secteur de l’immobilier en pleine crise du Covid-19. Le Conseil général des associations officielles des Agents immobiliers a envoyé une déclaration au Gouvernement espagnol demandant des mesures urgentes. Plus précisément, le secteur a officiellement demandé une réponse urgente et l’adoption de mesures pertinentes pour atténuer les conséquences que la crise du coronavirus produit dans l’ensemble du secteur immobilier.

Selon Inmodiario, le principal requis est que l’activité immobilière soit considérée comme “essentielle” afin que le secteur puisse bénéficier des mesures extraordinaires qui ont été décrétées pour ces activités depuis La Moncloa. Le président du Conseil général des associations officielles des agents immobiliers d’Espagne, Gerard Duelo, a fait part aux trois ministères “de l’inquiétude et du malaise que les membres de nos sociétés, ainsi que d’autres sociétés, institutions et/ou entités, nous ont transmis tout au long de ces jours difficiles”.

En ce sens, Duelo précise que l’ensemble du secteur immobilier a été sanctionné de manière très sévère et que, cependant, aucune des mesures adoptées par le gouvernement, depuis le déclenchement de l’état d’alerte, n’a permis d’atténuer les graves conséquences qui “lui ont été imposées”. “L’importance que le secteur immobilier représente dans le PIB nécessite de prendre en considération la nécessité d’adopter des mesures spécifiques pour sa réactivation”, prévient-il.

Le Conseil général a déclaré à plusieurs reprises que les mesures générales ont été insuffisantes pour un secteur qui, sans avoir été considéré comme un secteur essentiel, a été contraint de fermer ses bureaux, locaux et/ou établissements parce qu’il n’était pas possible de maintenir son activité par le biais du système de télétravail.


Source et suite : idealista/news

Newsletter

39 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter