( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Les discothèques et les lieux de vie nocturne peuvent ouvrir durant la phase 3

 -  -  27967


Le BOE a publié ce samedi un arrêté permettant la réouverture. (Hosteltur)

Les discothèques et les boîtes de nuit peuvent être ouvertes lors de la phase 3 de la désescalade. À partir de ce lundi, lorsque plus de la moitié de la population espagnole commencera la dernière étape de la désescalade, ces lieux pourront reprendre leur activité bien qu’au tiers de leur capacité. C’est ce que le BOE a déclaré ce samedi, en rectifiant l’ordonnance publiée le 30 mai dernier qui n’envisageait pas l’ouverture de ces entreprises pendant cette phase. Toutefois, les Baléares ont décidé de ne pas ouvrir de discothèques ou de boîtes de nuit pendant cette phase, selon le journal officiel des Baléares, le BOIB, publié dimanche.

“La réouverture au public des discothèques et des bars de nuit peut avoir lieu pour autant qu’ils ne dépassent pas un tiers de leur capacité et que les conditions énoncées dans le présent chapitre soient remplies. En tout état de cause, les terrasses en plein air de ces établissements peuvent être ouvertes au public dans les mêmes conditions et avec les mêmes exigences que celles énoncées dans les articles”, indique l’arrêté publié au Journal officiel de l’État.

Il précise également que “lorsqu’il y a un espace dans les locaux pour une piste de danse ou similaire, il peut être utilisé pour installer des tables ou des groupes de tables, et cet espace ne peut pas être utilisé pour son usage habituel”.

Les établissements de la vie nocturne liés à la Fédération nationale des entreprises du spectacle et du divertissement (España de Noche) ont commencé vendredi une série de protestations pour exiger du Gouvernement la réouverture de leurs activités en phase 3, car si la fermeture est maintenue, plus de 15.000 entreprises pourraient disparaître.

“Nous parlons d’une baisse du chiffre d’affaires de 8 milliards d’euros et de pertes économiques par entreprise allant de 23.000 euros dans les petits bars à 157.000 euros dans les grandes boîtes de nuit”, ont-ils déclaré.


Source et suite : Hosteltur

Newsletter

27 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter