( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Les Espagnols, parmi les Européens qui font le plus d’efforts pour acheter une maison : ils allouent 11 ans de leur salaire

 -  -  60492


La Commission européenne estime le taux d’effort des ménages dans les 19 pays à monnaie unique pour payer une maison type de 100 m2. (Idealista)

12/11/21

Les prix des logements ont augmenté dans la plupart des pays de la zone euro en 2020 malgré les ravages de la pandémie de coronavirus. Malgré la forte récession économique, due à la fermeture de l’activité et au confinement de la population pour minimiser l’impact de la crise sanitaire, la croissance des prix des logements s’est accélérée en moyenne de 5,6% sur un an dans la zone euro à la fin de l’année dernière. Et il a continué d’augmenter jusqu’à présent en 2021. Les dernières données publiées par Eurostat confirment une hausse moyenne des prix de 6,8 % en glissement annuel dans la zone euro au deuxième trimestre de cette année.

Certains pays de ces pays de la zone euro ont connu des augmentations notables reflétées au-dessus de la moyenne, comme le Luxembourg (13,3%), le Portugal (7,4%), la Slovaquie (7,2%) l’Allemagne ou (7,1% ), tandis que l’Espagne est restée en dessous de la moyenne, avec une augmentation de 2,2% à la fin de l’année dernière, comme l’Italie, mais avec des tendances annuelles très différentes. Pour la Commission européenne, “les données sur les prix des logements en 2020 peuvent ne pas refléter pleinement l’impact de la crise du covid-19, car les transactions ont été conclues dans de nombreux cas avant le déclenchement de la pandémie”.

Indice des prix des logements (2019, 2020 et prévisions 2021-2022)
Evolution sur un an (%) dans les pays de la zone euro

En outre, il estime que les prix ont été affectés par “les mesures de confinement et de mobilité des personnes qui ont nui à la fois au marché du logement et au secteur de la construction”, et que l’évolution des prix des logements est différente de celle vécue lors des crises précédentes.

«Bien que la pandémie ait provoqué une contraction des revenus du marché, les ménages ont perçu l’impact de la pandémie comme temporaire, et cela a incité les familles à accumuler des économies. Par conséquent, les revenus permanents et les modes de consommation, y compris le logement, n’ont pas été aussi affectés que le revenu actuel », précisent-ils dans le rapport« Euro Area Housing Markets: Trends, Challenges & Policy Responses ».

“En outre, il y a eu une combinaison de politiques étatiques pour maintenir l’emploi face à la crise, la restriction des licenciements, ainsi que des politiques macroprudentielles et réglementaires, qui ont eu un impact positif sur les revenus, les anticipations d’inflation et l’offre de crédit en 2020. Parallèlement à cela, les variables standard du marché du logement telles que les taux d’intérêt ou l’offre de logements n’ont pas changé malgré l’impact de la pandémie », ajoutent-ils dans le rapport.

Dans plusieurs pays, la croissance des prix des logements est venue de valeurs déjà exposées au risque de bulle, comme au Luxembourg, au Portugal ou en Slovaquie.

Les prévisions de la Commission européenne concernant l’évolution des prix des logements « prévoient qu’elle se modérera à l’avenir, compte tenu de la faible croissance des revenus, même si des corrections à la baisse importantes sont peu probables. La croissance du PIB en 2021 et 2022 devrait être suffisante pour compenser la perte en 2020 ; Il est possible que les salaires et l’emploi se redressent lentement, ce qui se traduira par une croissance encore faible des revenus des ménages », précisent-ils dans le rapport.

L’effort des ménages pour acquérir un logement

Faire une comparaison directe des prix des logements sur les différents marchés européens serait difficile, étant donné les grandes différences de prix, d’offre et de demande et de stocks dans chaque pays. Mais pour faire un comparatif relativement commun à tous, la CE a dressé un graphique sur l’accessibilité des ménages à l’achat d’un logement basé sur le salaire annuel brut des ménages et le prix euro/m2 d’une maison type, qui dans ce affaire a placé dans 100 m2. De cette union, vient le nombre d’années de plein salaire qui doivent être consacrées au paiement de l’hypothèque / du prêt sur cette maison.

Taux d’effort des ménages pour acheter un logement dans la zone euro
Revenu brut annuel total dédié à l’acquisition d’une maison type de 100 m2 (années)

D’après les données du graphique, au Luxembourg il faut environ 16 ans de revenu disponible pour acheter une maison de 100 m2, mais il faut tenir compte du fait que le petit pays d’Europe centrale a aussi le prix au m2 le plus élevé de tous les pays analysés, qui dépasse les 6.000 euros/m2 en moyenne.

Derrière le Luxembourg se trouve l’Irlande, où il faut en moyenne un peu plus de 14 ans pour payer une maison, avec des prix moyens dépassant les 3.800 euros/m2. La France complète le trio de pays où l’effort salarial des ménages est le plus élevé, devant consacrer 13 années de revenus complets du ménage à l’achat de la maison, avec des prix avoisinant les 2.900 euros/m2.

Les cinq pays avec le taux d’effort le plus élevé représentent également ceux avec le prix euro/m2 le plus élevé. A côté des trois nommés ci-dessus, il y a l’Autriche (3.000 euros/m2) et les Pays-Bas (2.900 euros/m2). Mais avoir le prix le plus élevé ne signifie pas toujours avoir un taux d’effort plus élevé.

L’exemple est démontré avec la Grèce, où il faut en moyenne 12 ans pour payer un logement, avec un prix moyen de 1.300 euros/m2, ce qui signifie que leurs salaires sont inférieurs à la normale. Au contraire, dans des pays comme l’Allemagne ou la Belgique, où leurs prix dépassent 2.500 euros/m2, l’un des plus élevés de la liste, ils passent moins d’années à payer leur logement, compte tenu de leur revenu familial plus élevé.

L’Espagne se classe huitième dans cette estimation du taux d’effort des ménages avec une moyenne supérieure à 11 ans de plein salaire brut et un prix moyen supérieur à 1.800 euros/m2 en moyenne pour cet appartement de 100 m2.

En bas de tableau se trouvent la Finlande et la Lituanie, où « seulement » sept ans de salaire sont nécessaires pour payer la maison, bien que leurs prix, et donc le revenu moyen des ménages soient différents, avec 1.600 euros/m2 et 800 euros/m2 , respectivement.

Ensuite, il y a la Lettonie, où cela prend huit ans, pour un prix moyen également inférieur à 1.000 euros/m2. L’Italie fait partie des cinq pays de la zone euro avec le meilleur taux d’effort, en dessous de 10 ans, comme la Slovénie, avec un prix moyen aux alentours de 1.700 euros/m2.

Source : Idealista

Source photo : Freepik

Newsletter

60 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter