( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Les prix des logements ne reviendront pas aux niveaux précovid-19 avant 2024, selon CaixaBank Research

 -  -  41788


Le coronavirus affectera directement les prix des logements et les effets de la pandémie commenceront à être observés à la fin de 2020, bien qu’ils soient plus visibles en 2021. Plus précisément, les experts de CaixaBank Research calculent que le prix baissera entre 6% et 9% l’année prochaine et ne se redressera pas avant 2024. Néanmoins, l’entité vise à souligner que le secteur a des fondamentaux beaucoup plus solides que lors de la récession de 2008.

Le covid-19 a affecté l’ensemble du tissu commercial espagnol et bien que le secteur immobilier soit l’un des moins touchés, la vérité est qu’il a déjà commencé à remarquer les premiers effets. Les experts ont déjà fait les premières prévisions sur les différents segments de la «brique». Le commerce de détail et l’hôtellerie sont les pires chômeurs après la pandémie; la logistique la plus bénéficié et les bureaux et le résidentiel les plus résistants. Malgré cette circonstance, des changements sont attendus dans tous ces sous-secteurs.

Dans le secteur résidentiel, des cabinets de conseil comme CBRE ont prédit des baisses comprises entre 2% et 7% pour cette année, mais ce n’est pas la seule entité à avoir esquissé le scénario postcovid-19. CaixaBank Research a également publié sa vision sur le marché. «Le prix du logement va subir un ajustement important, et à la fin de 2021 il pourrait être entre 6% et 9% en dessous des niveaux d’avant la crise, dans l’ensemble de l’Espagne. Même ainsi, les disparités géographiques et de types de logement seront notables, et tout indique que les zones touristiques et les logements d’occasion sont ceux qui souffriront le plus », explique Judit Montoriol-Garriga, économiste senior chez CaixaBank Research, qui explique également Ce n’est qu’en 2024 que les prix précovid-19 commenceront à apparaître.

L’expert ose également faire une prédiction sur l’évolution du PIB au cours des prochaines années à partir des données que l’entité gère. «Chez CaixaBank Research, nous prévoyons une baisse du PIB entre 13% et 15% en 2020, et qu’il ne retrouvera pas ses niveaux d’avant la crise avant la fin de 2023», dit-il.

Mais ce ne sont pas toutes de mauvaises nouvelles, car CaixaBank Research se souvient qu’il est important de souligner que le secteur a des bases beaucoup plus solides que lors de la crise précédente de 2008.

«Avant que le coronavirus n’éclate, la situation financière de tous les ménages et entreprises espagnols du secteur était plus saine qu’elle ne l’était il y a 12 ans. De plus, la construction de nouvelles maisons n’était pas excessive par rapport à l’évolution de la démographie. Et la position de solvabilité et de liquidité du secteur bancaire est désormais beaucoup plus confortable. Tous ces facteurs nous donnent confiance dans la capacité du secteur à surmonter la crise actuelle », déclare Montoriol-Garriga.

Concernant l’achat et la vente de logements, l’entité calcule qu’en 2020 les transactions diminueront entre 30% et 40%, bien qu’elles observent également une reprise progressive au cours de l’année prochaine. «Le revenu des ménages diminue et l’incertitude quant aux perspectives d’emploi futures peut accroître l’épargne de précaution des ménages et les décisions d’investissement à long terme peuvent être reportées. Les commerçants étrangers, qui représentaient 12,5% du total en 2019, seront particulièrement touchés », explique l’expert.

Source et suite Idealista News

Newsletter

41 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter