( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Les propriétaires d’Estel renoncent à leur projet de luxe à Barcelone en raison de la réglementation Colau

 -  -  55546


Gidwani, propriétaire du bâtiment Estel, ancien siège de Telefónica à Barcelone, a décidé de le mettre en vente en raison des politiques de logement des administrations catalanes.(Brains.news)

Brainsre.news  19/10/2020

Le bâtiment Estel, qui a abrité le siège de Telefónica à Barcelone pendant des années, vient d’être officiellement mis en vente. Les projets des hommes d’affaires indiens Dinesh Gidwani et Jairam Mangharam Gidwani pour cette propriété, qui devaient construire des maisons de luxe, ont pris fin.

La vente de l’immeuble est la réponse de Gidwani aux politiques de logement des administrations catalanes, parmi elles, celle qui les inquiète le plus est la nouvelle réglementation qui limite le prix des loyers, selon El Confidencial.

Le prix auquel Estel entre sur le marché est de 300 millions d’euros, un montant similaire payé il y a deux ans par Fiscalter Inversiones 2013, une société à travers laquelle le Gidwani a acquis le projet, selon des sources bien informées.

Il s’agit du plus grand projet de logement «de haut standing» actuellement en construction dans le centre de Barcelone. Ses 73 000 mètres carrés de surface de construction avaient initialement une licence pour construire jusqu’à 421 étages et 575 places de parking, ainsi qu’une galerie marchande.

Cependant, dès que Gidwani a repris la propriété de la propriété, en 2018, le conseil municipal a interrompu les travaux, affirmant qu’ils effectuaient des travaux non couverts par la licence.

Le propriétaire, contre les règlements
Peu de temps après, l’exécutif d’Ada Colau, maire de Barcelone, a approuvé le règlement qui oblige les promoteurs à réserver 30% des nouveaux développements résidentiels aux logements sociaux. Estel a réussi à éviter ce règlement en prétendant que sa demande de nouvelle licence était un mois avant le nouveau règlement.

En contrepartie, il a dû réduire d’un tiers le nombre de logements, laissant la promotion à 277 logements, soit 144 étages de moins que prévu initialement.

Les sources consultées indiquent que ces maisons allaient être mises sur le marché en location. La nouvelle réglementation qui limite le prix des loyers est donc un problème pour Gidwani, qui, deux ans et demi après son arrivée à Barcelone, a choisi de partir.

Avec cette décision, l’ancien siège social de Telefónica continue d’ajouter des projets qui ont échoué. En 2007, le fonds de capital-risque Carlyle, à travers l’un de ses véhicules, a acquis le bien immobilier auprès de l’exploitant pour 220 millions d’euros avec l’idée de promouvoir les maisons de luxe.

Mais l’éclatement de la bulle a conduit à la ruine de ce projet, qui s’est soldé par un concours sorti en 2014, lors de son rachat par Platinum Estates pour 56 millions avec l’idée de promouvoir un hôtel de luxe de la chaîne Hyatt et environ 200 maisons de luxe.

Cependant, ces projets n’ont pas non plus été concrétisés en raison du moratoire hôtelier approuvé par le gouvernement de Colau, une opportunité dont Gidwani a profité pour acquérir la propriété en vue de la transformer en appartements de luxe, une option qui n’a pas non plus été possible.

Source Brains.news

Newsletter

55 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter