( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

Les transactions “à l’aveugle” se développent : 6 % des acheteurs achètent leur maison sans la voir

 -  -  41646


Dans la vague de changements que provoque la crise du coronavirus sur le marché du logement, il y a l’élan des “opérations à l’aveugle”, qui sont celles où les acheteurs acquièrent les propriétés sans les visiter au préalable. (idealista/news)

Selon une étude du réseau immobilier Comprarcasa, ce type de transaction représente actuellement 6 % du marché, un chiffre qui pourrait augmenter en raison des restrictions de mobilité qui existent encore pendant l’état d’alerte. Ce profil d’acheteur est très spécifique : des chasseurs de bonnes affaires immobilières qui paient en liquide ou des personnes qui connaissent le quartier et même l’immeuble dans lequel se trouve la propriété.

“La situation la plus courante est celle d’un particulier ou d’un investisseur, qui connaît la zone ou le bâtiment lui-même où se trouve la propriété, et qui souhaite profiter d’une opportunité avec un bon prix au m2. De nombreux investisseurs achètent en fonction du pourcentage de rendement du loyer”, explique le réseau immobilier.

Bien qu’il s’agisse du profil le plus fréquent, Comprarcasa assure également que les achats à l’aveugle sont effectués “par des personnes qui, en raison de leur proximité avec la propriété (parce qu’elles la connaissent par des parents, des amis… qui peuvent habiter le même immeuble) décident de l’acheter même si pour une raison quelconque (une destination professionnelle dans un autre pays, une maladie ou un long voyage) elles ne peuvent pas la visiter”.

Quel que soit le profil, il existe un modèle de comportement qui se répète sans cesse : la recherche d’une réduction de prix considérable ou la nécessité d’acheter dans un endroit extrêmement précis.

“L’acheteur de ce type de propriété recherche avant tout un prix au mètre carré très serré. Il connaît la région, il tient pour acquis que la propriété peut avoir besoin d’une rénovation complète, mais il trouve quand même le prix attrayant et n’a donc aucun problème à le payer”, explique l’étude.

Une autre caractéristique habituelle de cet acheteur est qu’il n’a pas besoin de la maison immédiatement. “C’est vraiment un investissement, une opportunité, tant les problèmes que la maison peut avoir – mauvais état, charges, etc. – sont déjà pris en compte avant de l’acquérir. De plus, il n’a généralement pas besoin de financement externe, “un avantage qui vous permet d’accélérer l’achat et de conserver les plus grosses affaires du marché”, souligne le réseau immobilier.


Source et suite : idealista/news

Newsletter

41 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter