( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

L’Espagne sera la principale économie qui connaîtra la plus forte croissance dans les années à venir, selon Goldman Sachs

 -  -  362659


L’Espagne sera l’économie avec la plus forte croissance du produit intérieur brut (PIB) dans les années à venir, selon les nouvelles prévisions de Goldman Sachs, qui anticipent une accélération de la quatrième économie de l’euro en 2022, où elle augmentera de 6,5%, contre 4,5% estimé pour cette année, dépassant largement le reste des grandes économies avancées. (Idealista)

08/11/21

Ainsi, bien que Goldman Sachs soit un peu plus prudent que le consensus du marché concernant la croissance du PIB espagnol en 2021, avec un taux de 4,5%, contre 5,5% du consensus et 6,5% % attendus par le gouvernement, d’ici 2022 la banque américaine parie sur l’Espagne comme la grande économie développée qui croîtra le plus au monde, avec 6,5%, sept dixièmes de plus que le consensus.

A plus long terme, l’entité s’attend à ce que l’économie espagnole croît en 2023 à un taux de 3,9%, toujours supérieur au reste des grandes économies avancées, pour modérer son expansion à 2,3% en 2024 et 2% en 2025, dépassant le prévisions pour la zone euro et les principales économies européennes pour les deux années.

Au niveau mondial, l’influente banque de Wall Street souligne que, malgré le fait que la période de plus grand rebond économique ait été dépassée, elle espère que l’expansion continuera d’être forte au cours des prochains trimestres grâce à la relance de la consommation due aux économies et progrès accumulés en matière sanitaire et à la reconstitution des inventaires.

Ainsi, Goldman Sachs s’attend à ce que la croissance du PIB mondial atteigne 5,9% cette année et en 2022 qu’elle se modère à 4,5%, toujours plus d’un point de pourcentage au-dessus de la croissance mondiale potentielle, ralentissant les années suivantes à 3,4% en 2023 et à 3,3% et 3,2 % en 2024 et 2025, respectivement.

L’économie américaine, qui cette année connaîtra une croissance de 5,5%, perdra progressivement de son élan au cours des années suivantes, avec une expansion du PIB de 3,9% en 2022 et de 2,1% en 2023, bien qu’au cours des deux dernières années de l’horizon de prévision, la croissance du PIB rebondira à 2,2 % en 2024 et à 2,3 % un an plus tard.

Dans le cas de la zone euro, la croissance du PIB prévue pour cette année par Goldman Sachs est de 5,2%, tandis que pour 2022 il prévoit une expansion de 4,4%, qui se modérera un an plus tard à 2,4% et deviendra 1,6% en 2024 et 1,4 % en 2025.

“Ces derniers mois, nous sommes devenus plus optimistes quant à l’impact de la politique budgétaire sur la croissance. C’est simple dans la zone euro, où la probable coalition de centre-gauche allemande semble disposée à dépenser plus et le fonds de relance de l’UE commencera à financer des projets d’investissement plus importants l’année prochaine », indique l’entité, qui est également confiante dans une bonne évolution de la consommation aux États-Unis qui viendra s’ajouter à l’impact du plan d’infrastructure approuvé.

La BCE augmentera ses taux en 2024 et la Fed en 2022

En revanche, les analystes de Goldman Sachs reconnaissent qu’ils n’ont pas vu venir la forte hausse des prix en 2021, avec une inflation plus élevée qu’attendu aux Etats-Unis, ce qui les a conduits à avancer leur prévision de hausse des taux de la part du gouvernement fédéral. Réserve (Fed) l’année prochaine, alors qu’ils n’attendent pas de changements de la Banque centrale européenne avant 2024.

“L’inflation américaine plus élevée que prévu nous a récemment conduits à avancer d’une année complète nos prévisions de ‘décollage’ de la Fed, jusqu’en juillet 2022”, indique l’entité, qui place une deuxième hausse de taux en novembre 2022 et deux autres. randonnées par an par la suite.

De même, la banque souligne qu’au moment où les augmentations de la Fed commencent, plusieurs banques centrales d’économies avancées “devraient déjà être en cours de normalisation”, avec des augmentations de taux d’intérêt par rapport au niveau minimum pendant la pandémie de 150 points de base dans le le cas de la Nouvelle-Zélande, 75 points de base au Canada et 40 points de base au Royaume-Uni, où il anticipe une première hausse des taux de 15 points de base probablement en décembre puis des hausses de 25 points de base en mai et novembre 2022.

Cependant, contrairement à la Fed, les analystes de Goldman Sachs estiment probable que certaines banques centrales des économies avancées “sont très en retard dans le relèvement des taux”, notant notamment les cas de la BCE et de la Reserve Bank of Australia.

“Nous nous attendons à ce que le taux reste suspendu jusqu’au troisième trimestre 2024 dans la zone euro et jusqu’au quatrième trimestre 2023 en Australie”, soulignent-ils.

Source : Idealista 

Source photo : Europa Press

Newsletter

36 recommandation(s)
bookmark icon

Newsletter